Des cellules avec trois jeux de chromosomes

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/des-cellules-avec-trois-jeux-de-chromosomes_s.jpgDes cellules souches embryonnaires humaines ont été produites par transfert nucléaire -comme pour le clonage de Dolly. Cependant les chercheurs ont dû maintenir en place le génome de l’ovocyte utilisé. Les cellules souches obtenues ont donc trois jeux de chromosomes.



Des travaux publiés cette semaine dans la revue Nature démontrent la faisabilité du transfert nucléaire de cellules somatiques, une technique qui permet de produire des cellules souches en remplaçant le noyau  d’un ovocyte, un ovule non fécondé, par le noyau d’une cellule adulte somatique, par exemple une cellule de peau.

Mais selon les chercheurs du New York Stem Cell Foundation Laboratory, le développement de ces ovocytes ne permet pas d’atteindre le stade de blastocyste, et donc l’obtention de cellules souches embryonnaires (CSE). En revanche, lorsque le génome des ovocytes est conservé et que les chromosomes des cellules somatiques sont ajoutés, leur développement se poursuit jusqu’au blastocyste et les chercheurs ont pu en dériver des CSE.

Après la polémique suscité par l’annonce du Coréen Hwang Woo-suk en 2005, qui avait annoncé avoir obtenu des CSE humaines avec cette méthode de transfert nucléaire, et dont les travaux furent réfutés. C’est la première preuve concluante que le génome de cellules somatiques peut être transféré dans un ovocyte humain qui se développera jusqu’à un stade permettant l’obtention de CSE. Les cellules ainsi produites sont par contre génétiquement anormales, elles ont en effet trois jeux de chromosomes, elles sont triploïdes.

Ces cellules n’ont donc pas d’intérêt thérapeutique immédiat car elles ne peuvent être transplantées sur des donneurs vivants, leurs réactions étant inconnues. Néanmoins, les chercheurs estiment avoir ici dépassé une première étape qui leur permettra d’améliorer leur technique pour un jour fabriquer des cellules souches diploïdes avec cette même méthode, ce que Hwang Woo-suk avait annoncé.

Source : Sciences et Avenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *