Des souris sauvées d’Alzheimer par la téléphonie mobile ?

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/alzheimer-des-ondes-de-telephone-portable-pour-soigner-la-maladie_s.jpgUtilisées pour la téléphonie mobile, les ondes de radiofréquences auraient-elles des effets bénéfiques sur la maladie d’Alzheimer ?

Aussi surprenante qu’elle paraisse, la question est soulevée par une étude menée sur des souris par une équipe composée de chercheurs de l’université de la Floride du Sud (Etats-Unis), de l’université médicale de Saitama (Japon) et de l’université médicale de Dalian (Chine). Le travail de ces scientifiques, qui déclarent n’avoir aucun conflit d’intérêts avec l’industrie téléphonique, est publié mercredi 6 janvier dans le Journal of Alzheimer’s Disease.

« Cet article rapporte la première preuve qu’une exposition à long terme à un champ électromagnétique (CEM) directement associé à l’utilisation d’un téléphone mobile (918 MHz ; 0,25 W/kg) entraîne un bénéfice cognitif », écrivent Gary Arendash et ses collègues. Les chercheurs indiquent que des effets cognitifs protecteurs et des effets renforçant les performances cognitives ont été découverts tant chez des souris normales que chez celles génétiquement modifiées pour développer des anomalies de type Alzheimer.

En pratique, 96 souris, réparties en quatre groupes, ont été utilisées. L’exposition de deux fois une heure par jour aux ondes de radiofréquences était standardisée et a duré de sept à neuf mois : les cages où se trouvaient les animaux comportaient une antenne centrale générant un signal de téléphonie mobile.

Soumises au CEM lorsqu’elles étaient de jeunes adultes, avant que des symptômes d’Alzheimer n’apparaissent, les souris transgéniques n’ont pas eu d’altération de leurs capacités cognitives. Lorsque l’exposition intervenait à un âge plus avancé, alors que les symptômes de la maladie étaient apparus, les atteintes de la mémoire, évaluée par des tests, ont disparu. Plus étonnant encore, les souris normales ont montré une amélioration de leurs performances mnésiques.

Pour expliquer des résultats qu’ils qualifient eux-mêmes d’étonnants, les auteurs évoquent plusieurs mécanismes possibles, qui peuvent se compléter : suppression de l’agrégation des plaques amyloïdes, phénomène-clé dans l’installation de la maladie d’Alzheimer ; augmentation de l’activité des neurones, mais aussi augmentation de la température de 1 degré dans le cerveau des souris exposées.

Des études avaient déjà indiqué une amélioration de performance de la mémoire et certaines thérapeutiques reposent sur les CEM, mais il est prématuré d’en tirer des conclusions définitives. « Il faut être prudent dans l’extrapolation de nos résultats à l’utilisation du téléphone mobile et à l’exposition aux CEM chez les humains », mettent en garde les auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *