Enfin une cause (virus) pour le syndrome de fatigue chronique!

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/enfin-une-cause-virus-pour-le-syndrome-de-fatigue-chronique_s.jpgDes chercheurs américains considèrent avoir réalisé la première percée d’importance pour la compréhension de la cause du syndrome de fatigue chronique (SFC). Un virus pourrait être la cause du syndrome, selon leur étude publiée dans la revue Science. La fatigue chronique est caractérisée par une fatigue incapacitante, la douleur chronique, la dépression et d’autres symptômes.   

Dr Judy Mikovits du Whittemore Peterson Institute et ses collègues (1) ont mené cette étude avec 101 personnes atteintes du SFC. Un rétrovirus, le XMRV (ou virus xénotropique de la leucémie murine), était présent dans le sang de 67% d’entre elles alors qu’il était présent chez 3,7% des 218 personnes en santé testées. Des anticorps étaient présents chez 95% des personnes atteintes du SFC.

Bien qu’il s’agisse d’une très forte possibilité, qui devra être vérifiée, cette étude ne prouve pas que le virus cause la maladie. Il serait possible qu’il ne soit qu’un virus de passage qui infecte les personnes dont le système immunitaire a été affaibli par d’autres causes. Mais ces résultats sont suffisamment alarmants pour que le National Cancer Institute ait réuni, en août dernier, un groupe d’experts pour se pencher sur leurs effets potentiels sur la santé publique, rapporte le Los Angeles Times.

Le SFC a été lié à une variété d’ autres virus, dont le virus Epstein-Barr et virus herpesvirus-6 (HHV-6). L’actuelle découverte peut expliquer pourquoi. Le XMRV est un rétrovirus (comme le HIV). Ces derniers sont connus pour affaiblir le système immunitaire, ouvrant ainsi la porte à d’autres virus.

Le rétrovirus XMRV a aussi été associé au cancer de la prostate (se trouvant dans 1/4 des cas) et à certains cancers du sang.

Ce rétrovirus ne se transmet pas par les airs mais est présent dans la salive et le sang, précisent les chercheurs. Il serait ainsi sexuellement transmissible, font-ils l’hypothèse, mais cela n’a pas été prouvé.

Si les recherches futures confirment le rôle causal du rétrovirus, cela ouvrira la porte à des traitements du SFC.

Source : PsychoMédia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *