Les lentilles cosmétiques sont dangereuses pour les yeux !

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/les-lentilles-cosmetiques-sont-dangereuses-pour-les-yeux_s.jpgVous voulez vous faire un œil de chat ou un œil rouge de vampire pour une soirée d’Halloween ? Ou simplement des yeux bleus ou verts pour changer un peu au quotidien ? Attention, les lentilles cosmétiques peuvent aussi vous coûter la vue.

Lorsqu’il n’est pas accompagné des précautions indispensables, le port de lentilles cosmétiques soumet l’œil à des risques graves : « infection, abcès de la cornée voire perte de l’œil » énumère le docteur Jean-Michel Muratet, membre du SNOF (Syndicat national des Ophtalmologistes de France). Ceux qui les utilisent connaissent en effet rarement les règles d’entretien. Tout comme les lentilles de vue prescrites par un professionnel, ces lentilles-là doivent être utilisées correctement.

Les précautions indispensables

Lavez-vous les mains avant de les mettre, ne les portez pas plus de 12 heures d’affilée, nettoyez-les avec un produit adéquat (jamais à l’eau !), enlevez-les pour dormir et surtout, ne les prêtez pas ! Tout signe d’alerte (douleur, sécrétions anormales, larmoiement, rougeur…) doit vous amener à les ôter, et consulter d’urgence un ophtalmo. Pour une sécurité maximale, consultez donc avant l’achat : l’examen médical permettra de savoir si vous pouvez porter des lentilles, quelles qu’elles soient, et le médecin vous informera des précautions à prendre.

Aux Etats-Unis, ces lentilles relèvent du secteur médical

A l’occasion d’Halloween , la FDA (Food and Drug Administration) américaine met en garde les utilisateurs de lentilles décoratives. Là-bas en effet, ces produits relèvent du statut de dispositif médical. De ce fait, une visite chez l’ophtalmologiste et une ordonnance sont nécessaires pour s’en procurer.

En France, « les lentilles décoratives ne sont hélas pas un dispositif médical, aucune visite chez un ophtalmologiste n’est obligatoire ni avant ni après leur utilisation. Vous pouvez donc vous en procurer partout, sans ordonnance » regrette Jean-Michel Muratet. Depuis 2004, le SNOF demande d’ailleurs un changement de législation.

Source : Futura Sciences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *