Les secrets de famille ont un impact sur la guérison

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/c131246e11da854370247f54d95c0669th.jpgLe Dr Beaulieu, chercheuse au Centre hospitalier universitaire de Montréal, relie, par son expérience de la médecine familiale, les secrets de famille à une guérison difficile.

Reliés à des situations difficiles, comme l’alcoolisme, les abus physiques, l’abandon…, les secrets de famille seraient un obstacle à la guérison d’un malade. Le Dr Beaulieu émet ce constat grâce à son expérience de près de trente ans en médecine familiale. Certains malades, sans raison apparente, ne s’adaptent pas ou ne se remettent pas d’une maladie.

En s’entretenant avec elle, ces malades en viennent à révéler les « squelettes cachés dans leur placard ». Elle explique : « C’est toujours un peu troublant. Les secrets de famille sont lourds à porter. Ils suscitent toutes sortes d’émotions. [Ils] engendrent souvent de la culpabilité, de la colère et de l’impuissance. Ces sentiments ont une influence considérable sur la santé, notamment en ce qui a trait à la capacité à s’adapter et à retrouver un nouvel équilibre dans la maladie ».

Pour le psychanalyste Serge Tisseron, les secrets de famille sont un phénomène intérieur, une vérité pas toujours bonne à dire. Le psychanalyste Gilbert Maurey ajoute que la gravité du secret réside dans son importance et la force mise en œuvre pour le préserver. Le Dr Beaulieu conclut : « Oser parler des sujets qui « font tache » dans le tissu familial est une démarche libératrice pour soi-même et les générations suivantes. Il faut aussi apprendre à pardonner ceux qui nous ont blessés ».

Si le lien n’est pas réellement établi du point de vue physiologique, des études récentes vont dans le sens de ce constat. Des liens entre colère et accidents cardiaques ont déjà été établis.

Source : Maxisciences

1 pensée sur “Les secrets de famille ont un impact sur la guérison”

  1. Mon témoignage : Je suis l’objet d’un secret de famille dans lequel mes deux parents biologiques ne m’ont pas reconnue me laissant grandir dans une famille qui n’était pas la mienne par substitution d’enfant. C’est très dur à vivre psychologiquement et c’est vrai que j’ai des problèmes de santé non graves, mais qui ne se résolvent pas et mon coeur est meurtri par le silence de mes deux vrais parents qui ne semblent ne s’inquiéter que d’eux-mêmes. Merci pour vos écrits sur le sujet, ça permet de voir qu’on est pas seuls dans le même cas. Et ça aide. CORDIALEMENT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *