Malaises, lipothymie, syncope… : maux et mots du cœur

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/malaises-lipothymie-syncope-maux-et-mots-du-coeur_s.jpgS’évanouir, tourner de l’œil, se trouver mal, tomber dans les pommes… A travers le malaise présidentiel, les maux se confrontent aux mots. De l’accident cardiaque évoqué par Frédéric Lefebvre au malaise lipothymique du communiqué officiel, de quoi parle-t-on vraiment?

Le malaise vagal est provoqué par une stimulation trop importante du nerf vague. Pas si vague que ça, il va de l’estomac au cerveau en passant par le cœur. Son rôle est d’agir sur la motricité ou le fonctionnement de nombreux organes : intestins, estomac, larynx et pharynx et cœur. Sur le cœur, le nerf vague, s’il est stimulé, ralentit la fréquence cardiaque.

En cas d’hyperstimulation du nerf vague, le cœur ralentit trop et a moins de force pour envoyer le sang dans tout le corps. Le sang, oxygéné après son passage par le cœur, a en particulier du mal à arriver jusqu’au cerveau. Cela provoque des signes avant-coureurs de malaise (sueurs, pâleur, nausées, vertiges, troubles de la vue, hyper salivation, bourdonnements d’oreille) et peut être suivi du malaise proprement dit, avec une chute (faiblesse soudaine des muscles des jambes) et une possible perte de connaissance liée à la privation d’oxygène du cerveau.

Les causes d’un malaise vagal peuvent être physiques (effort intense, douleur violente, station debout prolongée en période de forte chaleur, etc.) et/ou psychologiques (stress ou anxiété importants, émotion forte).

Un malaise vagal simple, bien que spectaculaire, est sans gravité.

Malaise lipothymique

La lipothymie est un malaise bénin, généralement bref, constitué par une sensation d’évanouissement avec pâleur, sueurs, vision brouillée et troubles de l’audition (bourdonnements, tintements), pouvant survenir lors d’émotions intenses, lors du lever après un alitement prolongé. Il aboutit rarement à une chute ou à une perte de connaissance (syncope). D’origine vasomotrice, il peut correspondre à un épisode d’hypotension orthostatique.

Syncopes

Les syncopes sont des pertes soudaines de conscience. Il s’en suit un retour spontané à la normale. Même si ces problèmes sont impressionnants, ils sont relativement fréquents : environ une personne sur trois fera une syncope une fois dans sa vie.

La perte de connaissance de courte durée se manifeste fréquemment sous forme de syncope. Celle-ci est due à une baisse brutale du débit sanguin cérébral. Derrière ce symptôme se cache un large éventail de troubles très différents, allant du problème le plus bénin à un problème plus grave.

Accident cardiaque

Par accident cardiaque on entend généralement crise cardiaque. On parle alors le plus souvent de l’infarctus du myocarde. Il s’agit de la nécrose d’une zone plus ou moins étendue du muscle cardiaque (myocarde). Les cellules musculaires cardiaques de ce territoire ne parviennent plus à se contracter par manque d’apport en oxygène et meurent en quelques heures.

Le myocarde est vascularisé par les artères coronaires. Lorsque celles-ci se bouchent (caillot, thrombose ou spasme), le myocarde ne reçoit plus de sang et manque d’oxygène. Il souffre d’ischémie.

La gravité de l’infarctus tient surtout à son étendue : plus l’artère obstruée irrigue une zone importante, plus l’infarctus est grave. Si l’atteinte est très étendue, le fonctionnement de toute la pompe cardiaque est altéré. Il en résulte une insuffisance cardiaque plus ou moins aiguë, des contractions anormales ou anarchiques qui imposent le transfert dans une unité de réanimation car il y a un risque vital.

En France, 30 % des décès sont d’origine cardiovasculaire. Dans 50 % des cas, il n’existe pas de facteur de risque connu au moment de l’infarctus.



Source : Nouvelobs Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *