Nouvelle démonstration que les chimpanzés anticipent l’avenir

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/f44bef3d7fb1595ca211727759b7c1a0th.jpgUn chimpanzé mâle dominant prépare plusieurs heures à l’avance les pierres qu’il lance ensuite en direction des visiteurs du zoo où il vit, rapportent des chercheurs suédois dans une étude publiée dans la revue Current Biology. Ce qui démontre, commentent-ils, que ces singes sont capables d’anticiper l’avenir et de préméditer des actes, une capacité qui a longtemps été considérée exclusive aux humains.

En captivité, ces singes ont l’habitude de s’amuser à lancer sur le public des bouts de bois, des pierres, des excréments et trouvent cela très drôle, a rapporté Mathias Osvath, chercheur en sciences cognitives, spécialisé en intelligence animale, à l’Université de Lund, au Figaro.

Mais Santino, un chimpanzé mâle dominant de 31 ans, prépare ses munitions au moins 4 heures d’avance. Il va ramasser des pierres dans l’eau. Il en fait un tas et en façonne certaines pour leur donner une forme de disques. Avant de les lancer en direction des spectateurs le temps venu. Il n’y a jamais eu de blessés graves, rapporte le chercheur, puisque la plupart du temps, les pierres tombent dans l’eau.

« Ces animaux ont probablement leur monde intérieur, comme les humains qui passent en revue dans leur tête des épisodes de leur vie passée ou pensent aux jours à venir », estime le chercheur. Les chimpanzés qui vivent dans la nature ramassent des pierres en prévision d’une attaque et ils planifient probablement tout cela à l’avance. La plupart des comportements quotidiens de ces primates procèdent de la même démarche, croit-il.

L’équipe de chercheurs a également mené une étude sur des orangs-outans et sur d’autres chimpanzés qui montre aussi qu’ils planifient l’avenir. À Cambridge, des chercheurs ont également démontré que des oiseaux de la famille des corbeaux anticipaient, rapporte Osvath. « Et nous pensons que les dauphins le font aussi ».

Sabrina Krief, maître de conférence au Muséum national d’histoire naturelle de Paris et spécialiste des chimpanzés, explique que, dans la nature, plusieurs comportements indiquant une anticipation ont été observés mais toujours en rapport à la nourriture. Lorsque les fruits ne sont pas mûrs, les chimpanzés reviennent régulièrement voir s’ils peuvent ou non les consommer. Pour casser des noix, ils déplacent des pierres, parfois très lourdes, sur plusieurs centaines de mètres.

Source Psychomedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *