On se sent plus jeune que son âge à 70 ans

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/883e18e541063142b457b936b2bb7022th.jpgDes psychologues allemands se sont penchés sur la manière dont les septuagénaires se perçoivent.

En vieillissant, certaines personnes trichent sur leur âge lorsqu’elles doivent l’avouer. Mais elles ne se prêteraient peut-être pas autant qu’on l’imagine au «péché» de mensonge. Il y aurait en effet un décalage entre l’âge qu’on a le sentiment d’avoir et l’âge réel. Si ce phénomène ne surprendra pas grand monde, il vient d’être précisément analysé, documenté et mesuré pour les personnes de plus de 70 ans par une étude menée au Max Planck Institute for Human Development de Berlin en collaboration avec Jacqui Smith, professeur de psychologie à l’université du Michigan (États-Unis). Après avoir questionné 516 hommes et femmes de 70 ans et plus, deux fois à six ans d’intervalle, les chercheurs concluent que les personnes âgées – surtout les hommes – se sentent souvent plus jeunes que leur âge, de 13 ans en moyenne. Les résultats de ces travaux viennent d’être publiés dans The Journal of Gerontology.

Premier constat : les hommes se perçoivent volontiers plus jeunes que ne le font les femmes. «Les femmes se voient elles-mêmes plus âgées de quatre ans en moyenne que les hommes. Une des raisons probables est qu’elles sont en général plus conscientes de leur apparence que les hommes, spécialement avec tous les stéréotypes négatifs qui courent sur la vieillesse», souligne cette enquête. Si les hommes semblent plus satisfaits de leur âge que les femmes au début de l’étude, leur satisfaction décline plus rapidement que celle de l’autre sexe. «Les gens se sentent en général beaucoup plus jeunes qu’ils ne le sont. Peut-être le sentiment d’être 13 ans plus jeune est-il l’illusion optimale de la vieillesse», indique Jacqui Smith.

«L’inconscient n’a sans doute pas d’âge»

Les chercheurs ont poursuivi ce travail afin de savoir si le fait de se percevoir comme plus jeune influençait la durée et la qualité de la vie. Les premiers résultats de ces travaux complémentaires non encore publiés indiquent que ceux qui se sentent plus jeunes ont moins de risques de mourir que ceux qui se perçoivent comme vieux, à âge et condition de santé équivalents. «Rester positif quant au fait de vieillir pourrait bien être associé à une vie plus active dont on sait qu’elle préserve la santé quand on est âgé», souligne Jacqui Smith.

L’idée que l’on se fait de ce que l’on est à un âge donné est basée sur l’observation passée de nos parents ou de nos grands-parents. « Ce sont des représentations d’une autre génération qui sont obsolètes parce que la société a évolué, affirme le Pr Olivier Saint-Jean, chef du service de gériatrie à l’hôpital européen Georges-Pompidou à Paris. On ne peut pas se comparer à d’autres générations. »

Des travaux très sérieux ont d’ailleurs montré que l’on devient vieux bien plus tard qu’autrefois, l’âge de la vieillesse étant aujourd’hui évalué autour de 75 ans. «D’ailleurs, poursuit Olivier Saint-Jean, l’inconscient n’a sans doute pas d’âge. Je vois en consultation des personnes âgées ou très âgées qui m’expliquent qu’elles sont tombées amoureuses, avec le même enthousiasme que si elles avaient 20 ans ! Un monsieur de 80 ans m’a dit avoir retrouvé avec une ivresse inchangée un amour de jeunesse perdu de vue pendant plusieurs décennies.»

Source : Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *