Prévention: la circoncision ne serait pas efficace pour les homosexuels

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/b993c07fb42f22fc31d525d3f7a51595.jpgLa circoncision ne réduit pas de façon significative le risque d’être infecté par le virus du sida chez les hommes homosexuels, selon une étude publiée aujourd’hui dans le Journal of the American Medical Association. L’équipe de Gregorio Millett (CDC, Atlanta, USA) a compilé les résultats de quinze études, impliquant plus de 53.000 participants homosexuels, dont 52% de circoncis, sur la relation entre circoncision et risque d’infection par le VIH.

Le risque de devenir séropositif est légèrement plus faible dans le groupe des hommes circoncis mais la différence n’est pas significative, selon les chercheurs. Ils ne relèvent pas non plus de différence notable entre les hommes qui pénètrent leur partenaire et ceux qui sont pénétrés.

Avant 1996, soit avant l’arrivée des thérapies antirétrovirales, l’écart de risque entre circoncis et non-circoncis est plus marqué, à l’avantage de ces derniers. Selon Millett, cela pourrait s’expliquer par le ‘’relâchement’’ observé chez les homosexuels, notamment aux Etats-Unis, depuis quelques années. Le recul de la prévention, la multiplication des rapports non protégés, s’accompagnent aussi de la remontée d’autres maladies sexuellement transmissibles, comme la syphilis.

En Afrique, où les taux d’infection par le VIH sont très élevés chez certaines populations, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décidé de promouvoir la circoncision pour combattre l’épidémie, en plus des autres moyens de prévention. L’OMS s’appuie sur des études cliniques réalisées en Ouganda et au Kenya montrant que, pour un homme séronégatif, l’ablation du prépuce réduit de 50 à 60% le risque d’être infecté au cours de relations hétérosexuelles.

Cependant l’efficacité de la circoncision sur la transmission d’hommes à femmes n’a pas encore été clairement établie. Lors d’une autre étude réalisée en Ouganda des chercheurs ont constaté que le taux d’infection par le VIH était plus élevé chez les femmes dont le mari avait été circoncis. Cela serait dû au fait que les hommes n’ont pas attendu la cicatrisation complète de leur pénis avant d’avoir des relations sexuelles.

L’usage de la circoncision dans la lutte contre l’épidémie de sida ne fait pas l’unanimité. L’OMS y voit un outil supplémentaire précieux dans les pays où la prévalence du sida est très forte. Cependant certains craignent que les hommes circoncis aient un faux sentiment de sécurité. D’autres soulignent que l’opération doit être pratiquée par un chirurgien, ce qui n’est pas toujours le cas en Afrique. Quoi qu’il en soit, l’ablation du prépuce ne dispense pas de l’usage du préservatif.

Source : Nouvelobs Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *