Résultats encourageants contre la sclérose en plaque

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/3e60986f33cb99e02c7fa80575e30d21th.jpgUn petit essai clinique, mené sur 21 personnes atteintes de sclérose en plaques, montre qu’une ‘auto-greffe’ de cellules souches issues de la moelle osseuse permet d’améliorer l’état des patients. Ces résultats encourageants devront être vérifiés sur une plus large cohorte et comparés à d’autres traitements pour être consolidés.

Environ 80.000 personnes en France souffrent de cette maladie dont les formes et l’évolution varient grandement d’un patient à l’autre. La sclérose en plaque est caractérisée par une destruction de la myéline, la couche protectrice qui entoure les fibres nerveuses et qui transporte l’influx nerveux. Troubles de la coordination, problèmes de vue, vertiges, problèmes moteurs sont quelques-uns des symptômes de la maladie.

Il s’agit d’une affection auto-immune, autrement dit d’une attaque du système immunitaire, via des lymphocytes devenus agressifs, qui s’en prennent à l’organisme lui-même (en l’occurrence à la myéline). C’est pourquoi des chercheurs essaient de ‘’reprogrammer’’ le système immunitaire en greffant des cellules souches hématopoïétiques, issues de la moelle osseuse, précurseurs des globules rouges et des globules blancs (dont font partie les lymphocytes).

L’équipe de Richard Burt, de Chicago (USA), a prélevé des cellules souches hématopoïétiques chez les patients. Ceux-ci ont ensuite subi un traitement destiné à détruire les lymphocytes qui attaquent leur myéline avant de recevoir une greffe autologue de cellules souches. Trois ans après, 17 patients sur 21 ont connu une amélioration de leur état (définie comme un point gagné sur l’échelle de Kurtzke utilisée pour décrire l’évolution de la maladie)*.

Ce n’est pas la première fois que cette technique est testée sur des personnes mais les précédents essais n’avaient pas obtenus de résultats concluants. La différence tient à l’âge des patients et au stade de la maladie : il s’agit de trentenaires dont la sclérose évolue par poussées, suivies de périodes de rémissions. C’est généralement la première phase de la maladie (dite forme rémittente), suivie d’une phase progressive où les symptômes semblent irréversibles.

Source : Nouvelobs Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *