Archives du mot-clé Cancer

L’aspirine préviendrait le cancer colo-rectal

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/l-aspirine-previendrait-le-cancer-colo-rectal_s.jpgLes patients à très haut risque génétique pourraient en bénéficier.



L’espoir d’un traitement préventif du cancer anime tous les chercheurs mais aussi les personnes présentant des risques élevés. C’est le cas de celles atteintes du syndrome de Lynch, une anomalie génétique qui augmente considérablement le risque de cancer, notamment colo-rectal mais aussi d’autres organes comme l’endomètre. Dans ce syndrome rare, mais qui reste la cause la plus fréquente de cancers colo-rectaux héréditaires, les patients doivent notamment subir des coloscopies au maximum tous les deux ans dès l’âge de 20 ans. L’objectif est bien sûr de détecter précocement le cancer colo-rectal dont on sait qu’il frappera plus d’un de ces malades sur trois.

L’étude publiée vendredi dans la revue internationale The Lancet, devrait redonner un peu d’espoir à ces patients pour qui l’âge moyen de découverte d’un cancer colo-rectal est de 42 ans (parfois même avant 25 ans). Ce travail démontre en effet le rôle préventif de l’aspirine. Sur plus de 850 personnes, la moitié prenant de l’aspirine et l’autre moitié un placebo, il apparaît que les malades ayant pris chaque jour 600 mg d’aspirine pendant 2 ans ont vu leur risque de cancer colo-rectal réduit d’un tiers par rapport à ceux prenant un placebo (produit inactif). Et cela sans effets indésirables particuliers. Les auteurs ont observé 18 cancers pour 427 patients dans le groupe sous aspirine contre 30 pour 434 patients sous placebo. Lire la suite

Cancers de l’enfant : 1 700 nouveaux cas par an !

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/cancers-de-l-enfant-1-700-nouveaux-cas-par-an_s.jpgSelon un travail publié dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), un enfant sur 440 développera un cancer avant d’atteindre l’âge de 15 ans. Au total, entre 2000 et 2004 la France a recensé 8 473 nouveaux cas de cancers pédiatriques.

« Les taux d’incidence sont proches de ceux des autres pays industrialisés, mais un peu plus élevés que ceux observés précédemment », expliquent les rédacteurs du BEH. « Bien qu’on ne puisse pas éliminer une réelle augmentation de l’incidence de certains cancers, l’explication la plus probable est une amélioration de la méthodologie d’enregistrement des cas ». Lire la suite

Charcuteries et cancer colorectal : première démonstration expérimentale d’un effet promoteur dans un modèle animal

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/charcuteries-et-cancer-colorectal-premiere-demonstration-experimentale-d-un-effet-promoteur-dans-un-modele-animal_s.jpgDepuis longtemps soupçonnée de favoriser les cancers du côlon, la consommation de charcuteries fait l’objet de recommandations précises de la part des organismes de prévention du cancer. Pourtant ces recommandations ne reposaient que sur des corrélations observées au cours d’études épidémiologiques.

A l’INRA de Toulouse, une équipe de chercheurs montre pour la première fois dans un modèle animal, que la consommation de viandes transformées, modélisant des charcuteries, est directement responsable d’une augmentation des lésions pré-tumorales au niveau du côlon. Les charcuteries modèles en cause sont celles qui ont subi plusieurs processus de transformation (ajout de nitrites et cuisson), et qui sont oxydées et riches en hème (molécule qui donne sa couleur au muscle, donc à la charcuterie. Plus elle est abondante, plus le muscle est rouge. Cette molécule apporte le fer, sous sa forme la plus facilement assimilable pour l’homme.)

La consommation de viande rouge et de charcuteries est incriminée depuis plusieurs années dans la survenue de cancers du côlon, première cause de mort par cancer chez les non-fumeurs en France : chaque jour, 100 nouvelles personnes sont atteintes, et 45 en meurent. En 2007, le World cancer Research Fund (WCRF) a conclu que la consommation de charcuteries était liée au cancer du côlon, avec un facteur de certitude très élevé, en se basant sur des corrélations observées lors d’études épidémiologiques. Sur cette base, le WCRF a recommandé d’éviter de consommer des charcuteries. Lire la suite

Un anticorps donne un nouvel espoir de traitement du cancer des ovaires

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/un-anticorps-donne-un-nouvel-espoir-de-traitement-du-cancer-des-ovaires_s.jpgUne équipe de recherche de la Faculté de médecine de Vienne a mis en évidence les effets d’un anticorps, connu sous le nom de AD5-10, dans la lutte contre le cancer des ovaires, offrant de nouvelles perspectives de traitement, selon une étude rendue publique lundi.

Cette protéine AD5-10 diminue la résistance des cellules cancéreuses face au mécanisme de protection du corps humain. « Nous avons été capables de montrer, à la fois sur des cellules de culture et sur des animaux, que des tumeurs du cancer des ovaires résistantes au TRAIL (la protéine qui active le suicide, l’apoptose, des cellules indésirables, ndlr) redevenaient sensibles, si TRAIL et AD5-10 étaient présents en même temps », a expliqué le responsable de l’étude, le Pr Michael Krainer, cité dans un communiqué.

L’AD5-10 s’ancre sur la cellule cancéreuse à un autre endroit que le TRAIL, ce qui pourrait expliquer son effet selon les chercheurs. Lire la suite

Opérer le cerveau avec l’aide du malade éveillé

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/operer-le-cerveau-avec-l-aide-du-malade-eveille_s.jpg«Tout va bien, Gaël ? Vous êtes en salle d’opération. Prenez encore cinq minutes pour vous réveiller puis nous allons vous faire travailler.» Assis derrière son patient, dont il a largement ouvert la boite crânienne, mettant ainsi à nu une partie du cerveau, le Pr Hugues Duffau parle posément.

Quelques minutes plus tôt, en pleine intervention, le neurochirurgien avait demandé à l’anesthésiste de réveiller le jeune homme. Dans cette phase, sa collaboration va être essentielle pour guider le geste chirurgical. À première vue, la scène paraît hallucinante. Il s’agit en fait d’une opération de «chirurgie éveillée», une tech­­nique innovante de neu­rochirurgie dont le Pr Duffau est l’un des spécialistes mondiaux.

Gaël est atteint d’un gliome de bas grade, une tumeur cérébrale non maligne mais très mal placée : elle infiltre le lobe temporal gauche, une zone considérée comme cruciale pour le langage. Sans intervention, cette tumeur (qui s’est déjà révélée par une crise d’épilepsie) risque à terme de dégénérer en cancer. Mais son ablation peut induire des troubles du langage… Les premiers neurochirurgiens consultés avaient refusé d’opérer Gaël. Pour le Pr Duffau, le défi consiste donc à enlever le plus possible de tissu malade tout en préservant la qualité de vie de son patient, jeune et actif. Lire la suite

Les bienfaits des flavonoïdes

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/les-bienfaits-des-flavonoides_s.jpgPrésents dans de nombreux aliments, les flavonoïdes, des anti-oxydants, sont connus pour de nombreux bienfaits, dont la liste s’allonge, pouvant en partie expliquer l’intérêt du régime méditerranéen et, peut-être, le célèbre French paradox.

Les flavonoïdes constituent la plus importante catégorie de polyphénols, des molécules très réputées pour leurs vertus antioxydantes. On les trouve dans les fruits et légumes mais aussi dans le chocolat ou le vin (rouge, surtout). Leur étude connaît un regain d’intérêt depuis qu’on leur prête, notamment, des propriétés anticancéreuses mais aussi des effets dans le domaine cardiovasculaire.

Les flavonoïdes ont été mis en évidence par Albert Szent-Györgyi, un Hongrois qui reçut le prix Nobel de Médecine en 1937 pour avoir isolé la vitamine C. Avec plus de 4.000 composés, les flavonoïdes représentent une gigantesque famille d’antioxydants. Lire la suite

Papillomavirus : il toucherait 56% des jeunes en début de relation

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/papillomavirus-il-toucherait-56-des-jeunes-en-debut-de-relation_s.jpgUne recherche menée conjointement par plusieurs universités et services hospitaliers canadiens a révélé que plus de la moitié des jeunes adultes (56%) contractent le virus du papillome humain (VPH) lors de relations sexuelles avec un nouveau partenaire.

Il s’agit de la première étude menée à grande échelle sur l’infection au VPH, au sein de couples au début de leur vie sexuelle, soit lorsque le risque de transmission est le plus élevé. Les résultats indiquent également qu’il y a une forte probabilité de transmission du VPH entre partenaires. Les chercheurs ont observé que chez 42 % des couples, lorsque l’un des partenaires est atteint du VPH, l’autre a également été infecté.

« L’infection au VPH est très courante chez les jeunes adultes et [nos résultats] soulignent l’importance de la mise en œuvre de programmes de prévention des maladies associées au VPH, comme le cancer du col de l’utérus, explique le Dr Ann Burchell. Nos résultats laissent également entendre que le VPH est un virus facile à contracter et à transmettre. » Lire la suite

De nouvelles molécules contre les cancers du poumon

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/de-nouvelles-molecules-contre-les-cancers-du-poumon_s.jpgL’équipe du Dr Janne de l’Institut contre le cancer de l’hôpital Brigham de Boston a mis au jour de nouvelles molécules capables de traiter des formes de cancer du poumon  résistantes aux traitements.

Les chercheurs ont procédé à des tests sur des souris atteintes de cancers du poumon « non à petites cellules ». Ces types de cancer représentent 70 à 80 % de l’ensemble des cancers du poumon constatés : certains sont porteurs d’une mutation spécifique entraînant la production d’une protéine appelée facteur de croissance épidermique (EGFR). Lire la suite

Le génome de 2 cancers séquencés

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/le-genome-de-2-cancers-sequences_s.jpgDes chercheurs ont identifié l’ensemble des mutations génétiques présentes dans le génome de cellules de deux cancers particulièrement meurtriers, le mélanome et le cancer du poumon, ces travaux constituant selon eux un « tournant » dans la compréhension de ces affections.

Ces deux études menées par des équipes internationales sont publiées mercredi sur le site internet de la revue Nature.

« Ce que nous observons aujourd’hui va transformer notre façon de voir le cancer », a déclaré Mike Stratton, responsable du projet Génome Cancer et directeur général de l’institut Wellcome Trust Sanger, lors d’un point presse à Londres.

Les chercheurs ont séquencé et comparé la totalité du génome de cellules tumorales et de cellules normales chez un patient souffrant d’un mélanome d’une part, et chez un malade atteint d’un cancer du poumon à petites cellules d’autre part. Lire la suite

Risques du portable : une étude plutôt rassurante

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/risques-du-portable-une-etude-plutot-rassurante_s.jpgLe nombre de cancers du cerveau dans quatre pays nordiques n’a pas crû avec l’arrivée du mobile.

Alors que la bataille bat son plein sur les éventuels risques des antennes-relais, contestés par nombre de scientifiques, mais mis en avant par certaines associations, le débat sur les dangers du téléphone portable, mis en sourdine, risque d’être relancé avec la publication espérée pour la fin de l’année de la grande étude internationale Interphone réalisée sous l’égide de 37 scientifiques dans 13 pays.

En l’attendant, vient d’être publiée une autre enquête, de moindre envergure, dans le Journal of The National Cancer Institute, analysant l’évolution du nombre des tumeurs cérébrales entre 1974 et 2003 au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède. L’objectif est de vérifier si l’introduction du téléphone portable au début des années 1990 s’est accompagnée d’un accroissement des tumeurs cérébrales. En clair d’examiner les courbes d’évolution du nombre de cancers du cerveau pour voir s’il y avait eu une «cassure» coïncidant avec l’apparition des mobiles. Lire la suite