Le python birman pour lutter contre les maladies cardiaques ?

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/le-python-birman-pour-lutter-contre-les-maladies-cardiaques_s.jpgDes chercheurs américains ont publié une étude qui suggère que le python birman, un des plus grands serpents au monde, pourrait aider à mettre au point de nouveaux traitements permettant de lutter contre les maladies cardiaques humaines.



Le python birman est un serpent pouvant atteindre neuf mètres de long et peser jusqu’à 90 kilogrammes. Capable d’avaler une biche ou même un alligator, ce reptile sécrète des acides gras ayant de véritables propriétés cardiaques. En effet, de précédentes études ont montré que la masse du cœur des pythons birmans augmentait de 40% dans les 24 à 72 heures suivants un important repas et que l’activité de leur métabolisme était multipliée par quatre immédiatement après avoir avalé leur proie.

Les pythons, qui peuvent jeûner pendant un an avec peu d’effets néfastes sur leur santé, voient leur cœur quasiment doubler de taille après un repas. Ainsi, tandis que cet accroissement de la masse du muscle cardiaque est similaire chez certains athlètes, les scientifiques jugent qu’étudier le cœur des pythons pourrait grandement aider dans les recherches qui visent  à améliorer la santé cardiaque des humains.

C’est ainsi qu’une équipe de l’université du Colorado, en se penchant de plus près sur ces reptiles, a constaté que les pythons produisaient des quantités de triglycérides 50 fois supérieure à la normale un jour après avoir englouti leur proie. Ces acides gras constituent l’élément principal permettant de former des graisses et des huiles naturelles, rappelle TV5monde.

Un coeur en bonne santé malgré les graisses Continuer la lecture de « Le python birman pour lutter contre les maladies cardiaques ? »

Une technique non-chirurgicale efficace pour réparer une valve cardiaque

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/une-technique-non-chirurgicale-efficace-pour-reparer-une-valve-cardiaque_s.jpgUne nouvelle technique non-chirurgicale évitant une opération à coeur ouvert, permet de réparer efficacement à l’aide d’une pince une défaillance de la valve mitrale, selon les résultats d’un essai clinique présenté dimanche.

Cet étude dite EVEREST II (Endovascular Valve Edge-to-Edge Repair Study) a été menée avec 279 patients aux Etats-Unis et au Canada pour comparer l’efficacité de cette procédure appelée MitraClip à celle de la chirurgie classique.

Elle fait l’objet d’une présentation à la 59e conférence annuelle de l’American College of Cardiology qui réunit quelque 30.000 cardiologues, chercheurs et représentants de tous les grands laboratoires pharmaceutiques ce week-end à Atlanta (Géorgie, sud).

Le MitraClip, une sorte de pince à linge, est introduite par un cathéter dans l’artère fémorale et permet de maintenir en place la valve mitrale empêchant des fuites. Continuer la lecture de « Une technique non-chirurgicale efficace pour réparer une valve cardiaque »

Les algues pour guérir les maladies cardiaques

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/les-algues-pour-guerir-les-maladies-cardiaques_s.jpgL’équipe du Pr Leor de l’université Ben Gourion à Beer-Sheva a mis au point un biogel à partir d’algues brunes qui pourrait se révéler utile dans le traitement et la convalescence des maladies cardiaques, selon le site Comment ça marche.



Le biogel est administré dans le coeur par l’artère coronaire et se transforme en une structure protectrice entre les cellules et les fibres du coeur. Après une attaque cardiaque, il permet de renforcer les tissus du coeur et favorise la réparation des muscles abîmés par l’attaque.Les essais réalisés sur des cochons, puis sur des humains, ont montré que le gel atténuait l’expansion de l’infarctus et réduisait la dilatation du ventricule gauche. Il réduit également le temps de cicatrisation, stimule la croissance de nouveaux vaisseaux sanguins et la régénération des tissus cardiaques. L’injection se fait de façon sûre, ne cause pas d’arythmie, de choc toxique ou d’obstruction vasculaire.Pour les chercheurs, le gel est une véritable innovation bénéfique pour la préservation des tissus cardiaques dans les moments qui suivent l’attaque. Plus un accident cardiaque est pris en charge vite, moins le coeur est lésé et plus le taux de mortalité est faible. Actuellement dans les dernières phases d’essais cliniques, le gel devrait être mis sur le marché dès 2011.

Source : Yahoo Santé

Malaises, lipothymie, syncope… : maux et mots du cœur

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/malaises-lipothymie-syncope-maux-et-mots-du-coeur_s.jpgS’évanouir, tourner de l’œil, se trouver mal, tomber dans les pommes… A travers le malaise présidentiel, les maux se confrontent aux mots. De l’accident cardiaque évoqué par Frédéric Lefebvre au malaise lipothymique du communiqué officiel, de quoi parle-t-on vraiment?

Le malaise vagal est provoqué par une stimulation trop importante du nerf vague. Pas si vague que ça, il va de l’estomac au cerveau en passant par le cœur. Son rôle est d’agir sur la motricité ou le fonctionnement de nombreux organes : intestins, estomac, larynx et pharynx et cœur. Sur le cœur, le nerf vague, s’il est stimulé, ralentit la fréquence cardiaque. Continuer la lecture de « Malaises, lipothymie, syncope… : maux et mots du cœur »

Les calories ou la vie ?

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/les-calories-ou-la-vie_s.jpgMoins ils consomment de calories, plus les singes vivent longtemps et en meilleure santé. C’est la conclusion à laquelle parvient une équipe de l’Université du Wisconsin, qui a étudié un groupe de 76 singes macaques rhésus sur une période de 20 ans.

Les chercheurs ont aussi démontré qu’une réduction de l’apport calorique ralentit le vieillissement et réduit nettement le risque de cancer, de diabète et d’atrophie du cerveau des singes.

Jusqu’à aujourd’hui, la restriction calorique avait été étudiée sur les vers et les souris, mais jamais sur un animal aussi proche de l’humain.

« Nous avons observé qu’une réduction de l’apport en calories réduit par trois le risque de contracter des maladies liées à l’âge et augmente la survie. » Dr Richard Weindruch Continuer la lecture de « Les calories ou la vie ? »

Mieux manger pour prévenir les maladies chroniques

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/643658ef819749543b52e56db8765162.jpgRéponses d’un spécialiste, Serge Hercberg, Professeur de nutrition à la Faculté de médecine Paris-XII et directeur d’une unité de recherche (Unité mixte Inserm/Inra/Cnam/Université Paris-XIII ).

Des études scientifiques ont-elles établi un lien entre santé et alimentation ?

Pr Serge Hercberg : Les cancers, les maladies cardio-vasculaires, l’obésité, le diabète, l’hypertension ou l’ostéoporose, toutes ces grandes maladies chroniques auxquelles nous sommes confrontés, dans les pays riches, sont dues à de multiples facteurs d’ordre génétique, biologique ou environnemental. L’alimentation, comme l’activité physique d’ailleurs,font partie des facteurs environnementaux.

Depuis une vingtaine d’années, de nombreux travaux expérimentaux, cliniques ou épidémiologiques ont permis d’identifier des facteurs de risque ou de protection liés à l’alimentation dans ces grandes maladies chroniques. Or, contrairement aux facteurs génétiques sur lesquels on ne peut pas agir, chacun peut facilement modifier le contenu de son assiette pour limiter les risques. Même si on ne réduit le risque que de 10 %, 15 % ou 20 % dans ces maladies,c’est extrêmement important. Continuer la lecture de « Mieux manger pour prévenir les maladies chroniques »

Une super-pilule potentiellement miraculeuse contre le risque cardiaque

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/9c6acb84077f2e491de4d92216fec929th.jpgUne super-pilule combinant des médicaments contre l’hypertension, le cholestérol et de l’aspirine réduirait de moitié le risque cardiovasculaire chez des sujets sains et pourrait révolutionner le traitement et la prévention des maladies cardio-vasculaires.

« Nous estimons que la +Polypill+ (nom donné à cette pilule, ndlr) a probablement le potentiel de réduire les maladies cardiaques de 60% et les attaques cérébrales de 50% », a estimé devant la presse le Dr Salim Yusuf, du Population Health Research Institute de l’Université McMaster (Ontario, Canada), coauteur de cet essai clinique baptisé TIPS (The Indian Polycap Study).

Cette étude a été présenté lundi lors de la 58e conférence annuelle de l’American College of Cardiololy (ACC), réunie depuis samedi à Orlando (Floride, sud-est).

« L’idée que les gens pourraient prendre une simple pilule pour réduire les risques cardiaques multiples suscite beaucoup d’exaltation car cela pourrait révolutionner la prévention des maladies cardio-vasculaires », a-t-il ajouté. Continuer la lecture de « Une super-pilule potentiellement miraculeuse contre le risque cardiaque »

Le régime méditerranéen bon pour le cerveau

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/4fbc8aa1672e22a65aa3cfb90bc57f30.jpgOutre ses vertus préventives des maladies cardiovasculaires, le régime méditerranéen contribuerait également à réduire le risque de déficience cognitive et l’apparition de la maladie d’Alzheimer chez les personnes âgées.

Des études antérieures ont déjà fait état d’un plus faible risque de développer la maladie d’Alzheimer chez les personnes qui suivent un régime méditerranéen. Des scientifiques du Centre médical de l’université Columbia, New-York, Etats-Unis, ont évalué plus précisément l’impact cette diète sur l’intellect de 1393 personnes sans problèmes cognitifs ainsi que sur 482 patients atteints de déficience mentale légère. Leurs résultats sont publiés dans l’édition de février des Archives of Neurology. Continuer la lecture de « Le régime méditerranéen bon pour le cerveau »

Du chocolat… avec modération

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/56cd140fcff0e512e607699faeaf279ath.jpgCroquer quelques carrés de chocolat noir par semaine confère un effet protecteur contre l’inflammation et les maladies cardiovasculaires.

Une bonne nouvelle pour les gourmets mais pas pour les gourmands ! S’accorder un petit plaisir en grignotant un ou deux carrés de chocolat (et pas plus !) deux à trois fois par semaine permet de lutter contre l’inflammation chronique et diminue les risques d’infarctus du myocarde ou d’accident vasculaire cérébral.

C’est la première fois que le bénéfice apporté par la consommation de chocolat est démontré dans une étude impliquant un grand nombre de sujets. Elle a été réalisée par les laboratoires de recherche de l’Université catholique de Campobasso, en Italie, en collaboration avec l’Institut national du cancer de Milan. Les chercheurs ont en particulier mesuré l’effet du cacao sur les états inflammatoires chroniques qui constituent un facteur de risque important dans le développement des pathologies cardiovasculaires. Ils se sont servis pour cela d’un marqueur, la protéine C réactive (PCR), dont le niveau sanguin signe l’inflammation. Continuer la lecture de « Du chocolat… avec modération »

Le coeur qui bat pourrait être source d’énergie électrique

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/2f547296cebdefe0c3f15f5c0146e6fbth.jpgEt si les battements du cœur pouvaient alimenter indéfiniment la pile d’un pacemaker? Le concept, séduisant, vient d’être testé avec succès par Paul Roberts.

Ce chercheur de l’hôpital universitaire de Southampton (Grande-Bretagne) a implanté chez le porc un microgénérateur qui transforme les pressions du cœur en énergie électrique. Pour une fréquence cardiaque de 80 battements par minute, le microgénérateur expérimental récupérait 4,3 microjoules par cycle cardiaque. La production d’électricité qui en suivait correspondait à 17% de l’électricité nécessaire pour faire fonctionner le stimulateur. Cette dynamo du cœur ouvre la voie à des pacemakers à durée de vie infinie. Continuer la lecture de « Le coeur qui bat pourrait être source d’énergie électrique »