Archives du mot-clé Diabète

Un « pancréas artificiel » testé pour la première fois chez un diabétique

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/un-pancreas-artificiel-teste-pour-la-premiere-fois-chez-un-diabetique_s.jpgUn diabétique vivant à Montpellier a été l’un des deux premiers patients à tester un système de pompe à insuline portable. Ce « pancréas artificiel » lui a permis de vaquer à ses occupations sans avoir à se soucier de son traitement.



Les piqûres d’insuline pourraient devenir un lointain souvenir pour de nombreux diabétiques. C’est du moins ce que suggère une expérience totalement inédite réalisée chez un patient montpelliérain. Ce diabétique âgé de 58 ans a été le premier en France à tester l’invention présentée à un congrès dédié aux technologies du diabète, organisé du 27 au 29 octobre à San Francisco. Sorte de « pancréas artificiel », celle-ci lui a alors permis d’aller au restaurant, de dormir à l’hôtel et de passer une matinée sans avoir à se soucier de son traitement, tandis que sa vie était auparavant dictée par des mesures de son taux de glucose sanguin et un apport permanent en insuline, rapporte Le Point.

Concrètement, l’invention est un système de pompe à insuline portable qui est capable de s’auto-réguler. Pour cela, un appareil de mesure placé sous la peau relève de manière continue les concentrations de glucose et communique les résultats à un système de contrôle informatique installé dans un smartphone. Au vu de ces données, ce dernier transmet alors à la pompe la quantité d’insuline qu’elle doit administrer pour maintenir la glycémie à des niveaux convenables. Le dispositif élimine ainsi la nécessité de multiples tests sanguins, des injections d’insuline et allège donc le fardeau quotidien associé à la gestion du diabète, relève Santé log. Lire la suite

Vers de nouveaux traitements à base de chocolat ?

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/vers-de-nouveaux-traitements-a-base-de-chocolat_s.jpgNe vous privez plus de chocolat ! Selon une étude menée à l’Imperial College London, il aurait de nombreuses vertus sanitaires.

Souvent considéré comme un acte de gourmandise, la consommation de chocolat s’avère être bonne pour la santé. Premièrement, cet aliment contient une forte quantité d’antioxydants qui piègent ou neutralisent les radicaux libres. Ces derniers sont responsables de la destruction des cellules et sont impliqués dans certaines maladies dégénératives comme l’arthrite, la sclérose en plaques, l’athérosclérose [artères obstruées par du cholestérol ou des lipides, ndlr], Alzheimer… Ces antioxydants protègent également la peau des rayons ultraviolets.

De plus, le chocolat est une source de theobromine. Il faut toutefois privilégier le chocolat noir à forte teneur en cacao (100 grammes de chocolat blanc en contiennent moins de 0,1 mg contre 150 à 220 mg pour le chocolat au lait et 450 à 1.600 mg pour le chocolat noir). La theobromine est un alcaloïde qui a un effet positif sur l’humeur du consommateur. S’ajoute à cela la présence de phényléthylamine, qui elle aussi procure une sensation de bien-être. Lire la suite

Avoir un fessier bien rebondi est « bon pour la santé »

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/avoir-un-fessier-bien-rebondi-est-bon-pour-la-sante_s.jpgUn postérieur rebondi, des hanches enveloppées, ainsi que des cuisses généreuses « sont bonnes pour la santé », estiment des chercheurs britanniques dans une étude publiée mardi.

Accumuler un coussin de graisse sur les hanches, les cuisses et l’arrière-train « est bon pour vous » et aide à protéger contre le diabète et les maladies cardiaques, a déclaré le docteur Konstantinos Manolopoulos, un des trois scientifiques ayant mené l’étude de l’Université d’Oxford.

En revanche, un ventre rebondi est mauvais. Lire la suite

Le gène du diabète de type 2

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/le-gene-du-diabete-de-type-2_s.gifUne équipe internationale de chercheurs français, canadiens et danois ont identifié un gène “susceptible de provoquer un diabète de type 2″ et qui expliquerait la résistance à l’insuline. Une découverte qui pourrait permettre d’améliorer le traitement de cette maladie.

Les résultats de l’étude menée par l”équipe de Philippe Froguel (CNRS – Université Lille 2 – Institut Pasteur de Lille, et Imperial College London), en collaboration avec des chercheurs de l’Université McGill de Montréal (Canada)  et de l’Université de Copenhague (Danemark) ont été publiés dimanche dans la revue Nature Genetics.

Chaque mutation d’un chromosome autour du gène identifié dit IRS 1 (Insulin Receptor Substrate 1) augmente de 20% en moyenne le risque de développer un diabète de type 2. La mutation du gène IRS1 empêche l’insuline de réguler le glucose. Jusqu’ici, la trentaine de gènes liée au diabète identifiés influençaient la production d’insuline. Pour la première fois, les chercheurs ont découvert un gène qui a un rôle direct dans le dysfonctionnement de l’insuline, la résistance à l’insuline, caractéristique de l’obésité et des états pré-diabétiques. Lire la suite

Les calories ou la vie ?

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/les-calories-ou-la-vie_s.jpgMoins ils consomment de calories, plus les singes vivent longtemps et en meilleure santé. C’est la conclusion à laquelle parvient une équipe de l’Université du Wisconsin, qui a étudié un groupe de 76 singes macaques rhésus sur une période de 20 ans.

Les chercheurs ont aussi démontré qu’une réduction de l’apport calorique ralentit le vieillissement et réduit nettement le risque de cancer, de diabète et d’atrophie du cerveau des singes.

Jusqu’à aujourd’hui, la restriction calorique avait été étudiée sur les vers et les souris, mais jamais sur un animal aussi proche de l’humain.

« Nous avons observé qu’une réduction de l’apport en calories réduit par trois le risque de contracter des maladies liées à l’âge et augmente la survie. » Dr Richard Weindruch Lire la suite

Découverte en matière de diabète

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/decouverte-en-matiere-de-diabete_s.jpgDes chercheurs ont découvert que des médicaments à base de fénofibrate, utilisés pour diminuer le cholestérol, faisaient chuter de 36 % l’incidence d’amputation chez les personnes souffrant de diabète de type 2.

Ce phénomène, qui touche près d’un diabétique sur 10, est causé par la maladie qui peut parfois endommager les nerfs et vaisseaux sanguins.

Menée auprès d’environ 10 000 patients âgés de 50 à 75 ans, cette étude démontre que contrairement au placebo, le médicament réduit le risque d’amputation et également celui de maladies coronariennes.

Les auteurs, dont la recherche est publiée dans la revue scientifique The Lancet, affirment que leur découverte pourrait modifier les traitements offerts aux patients.

Source : Canoë Santé

Des greffes de cellules souches pour soigner les diabétiques

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/7d721f38d0dff7455aaa2bed8972ed85th.jpgL’autogreffe de cellules souches prélevées dans la moelle osseuse de patients insulinodépendants leur a permis de produire de nouveau de l’insuline.

Nouvel espoir dans le traitement du diabète insulinodépendant. Grâce à une autogreffe de cellules souches prélevées dans leur propre moelle osseuse, vingt-trois diabétiques volontaires ont pu se passer des piqûres quotidiennes d’insuline pendant quatorze à cinquante-deux mois d’affilées. Un des diabé­tiques a même tenu plus de quatre ans sans injections, quatre patients pendant trois années de suite et trois autres pendant deux ans. Les quinze patients les plus récemment recrutés qui ont bénéficié des dernières améliorations techniques apportées par l’équipe du Pr Richard Burt, de la Northwestern University de Chicago, dans l’Illinois, n’ont toujours pas besoin d’insuline dix-neuf mois après l’intervention. Lire la suite

Mieux manger pour prévenir les maladies chroniques

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/643658ef819749543b52e56db8765162.jpgRéponses d’un spécialiste, Serge Hercberg, Professeur de nutrition à la Faculté de médecine Paris-XII et directeur d’une unité de recherche (Unité mixte Inserm/Inra/Cnam/Université Paris-XIII ).

Des études scientifiques ont-elles établi un lien entre santé et alimentation ?

Pr Serge Hercberg : Les cancers, les maladies cardio-vasculaires, l’obésité, le diabète, l’hypertension ou l’ostéoporose, toutes ces grandes maladies chroniques auxquelles nous sommes confrontés, dans les pays riches, sont dues à de multiples facteurs d’ordre génétique, biologique ou environnemental. L’alimentation, comme l’activité physique d’ailleurs,font partie des facteurs environnementaux.

Depuis une vingtaine d’années, de nombreux travaux expérimentaux, cliniques ou épidémiologiques ont permis d’identifier des facteurs de risque ou de protection liés à l’alimentation dans ces grandes maladies chroniques. Or, contrairement aux facteurs génétiques sur lesquels on ne peut pas agir, chacun peut facilement modifier le contenu de son assiette pour limiter les risques. Même si on ne réduit le risque que de 10 %, 15 % ou 20 % dans ces maladies,c’est extrêmement important. Lire la suite

Diabète : une nouvelle hormone pour réguler la glycémie

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/b1a46e99a14cf2653950343dc1383a82.jpgNormalement, c’est l’insuline qui assure la régulation de la glycémie en permettant aux cellules de capter le glucose en circulation dans le sang en fonction des besoins de l’organisme. Chez les diabétiques de type 1, le système ne fonctionne pas faute d’insuline et il faut compenser par des piqûres régulières. Chez les diabétiques de type 2, dits insulino-résistants, ce sont les récepteurs à l’insuline qui deviennent insensibles. Cette maladie est une complication fréquente de l’obésité.

C’est là que l’apeline entre en scène : elle a les mêmes effets que l’insuline tout en utilisant une autre porte d’entrée de la cellule, révèlent les chercheurs. Par conséquent, même lorsque les récepteurs à l’insuline sont défaillants, la voie d’action de l’apeline reste active et efficace. Lire la suite

Les effets d’une vitamine sur une maladie rénale

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/70e0c7ff27451f2353e0585fae9c1371th.jpgLa vitamine B1 protège les personnes atteintes de néphropathie diabétique. Des chercheurs de l’univer­sité Warwick de Coventry (Midlands, Royaume-Uni) ont découvert qu’il était possible de stopper et même de faire régresser la maladie rénale des diabétiques, grâce à un apport journalier de fortes doses de la thiamine (vitamine B1).

On connaissait depuis 1630 le béribéri, cette malnutrition causée par une carence en vitamine B1 (on la trouve dans les germes de blé, le jambon, les noix, les petits pois, les huîtres et les asperges). Mais on ne savait pas que la thiamine pouvait aussi avoir un effet bénéfique sur le diabète.

Chez les diabétiques de type 2 (sujets de la maturité, en surpoids et sédentaires), lorsque le taux de sucre trop élevé dans le sang (dû à la résistance de leurs cellules à l’insuline) ne parvient pas à être contrôlé par le régime, l’exercice et les traitements, de nombreuses complications surviennent qui provoquent cécité, amputations et insuffisance rénale. Lire la suite