Un lien entre tabac et enfants agressifs

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/1060de247856dba61e1e1318d8bf6a13th.jpgLes femmes à faible revenu familial qui fument plus de 10 cigarettes par jour pendant leur grossesse sont plus susceptibles de donner naissance à des enfants agressifs que celles qui fument moins ou pas du tout. Si elles ont en plus un profil de délinquance, ce risque est encore accru.

Des chercheurs ont tiré cette conclusion des données de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec. Leur recherche a porté sur 1745 petits de 18 mois à trois ans et demi caractérisés par leur mère comme étant agressifs, c’est-à-dire rapidement portés à frapper, à mordre ou à donner des coups de pied.

Près de 25 % de ces mères ont fumé pendant leur grossesse, soit 236 qui grillaient 10 cigarettes et plus par jour (13 %) et 202 qui en consommaient moins de 10 (11,6 %). Mais alors que celles qui avaient un revenu familial de plus de 40 000 $ présentaient peu de différences de risques selon qu’elles fumaient beaucoup, peu ou pas, il en allait autrement chez celles qui avaient un revenu familial moindre.

Chez celles-ci, le risque d’avoir un enfant très agressif était de 25 % pour celles fumant peu ou pas, et de 40 % pour celles fumant beaucoup.

Les chercheurs ont en outre observé que le risque d’avoir un enfant agressif grimpait à 67 % pour celles qui présentaient des comportements antisociaux (petite délinquance, décrochage scolaire, consommation de drogue…) et fumaient beaucoup, contre 16 % pour les autres.

Cette dernière donnée est toutefois à prendre avec prudence dit Jean Séguin, professeur de psychiatrie et chercheur à l’Université de Montréal, puisque seulement huit femmes présentaient ce profil.

Mais il est clair, dit-il, que le fait qu’une femme fume beaucoup (10 cigarettes et plus) et ait un faible revenu familial devrait «allumer une lumière rouge» chez les intervenants qui les côtoient pendant la grossesse, afin de mieux les sensibiliser.

«Il doit se passer quelque chose dans les familles à faible revenu qu’on n’a pas encore mesuré», dit celui qui est aussi psychologue clinicien. Mais d’ici là, les résultats constatés constituent une raison supplémentaire, si besoin était, de ne pas fumer pendant la grossesse.

Source : Cyberpresse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *