Une découverte prometteuse pour lutter contre le cancer

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/une-decouverte-prometteuse-pour-lutter-contre-le-cancer_s.jpgUne équipe du Centre national de la Recherche scientifique (CNRS) vient de monter que notre système immunitaire reconnaîtrait les cellules cancéreuses non comme des cellules anormales à éliminer, mais comme des cellules… à protéger. C’est naturellement une découverte essentielle qui pourrait un jour permettre la mise au point d’un vaccin anti-tumoral.

Depuis le début du XXème siècle, les scientifiques postulaient qu’il existerait une « immuno-surveillance » du cancer : notre système immunitaire reconnaîtrait ainsi comme anormales les cellules cancéreuses. « Ce ne serait que lorsque ces cellules échapperaient à la réponse immunitaire qu’un cancer se développerait », précise David Klazmann, du CNRS.

Or il semblerait que ce concept soit erroné. « Il existe effectivement une immuno-surveillance des cancers. Mais cette dernière contrairement à la croyance, protègerait les cellules tumorales au moment de leur apparition. Tout comme les autres cellules (normales) de l’organisme sont protégées » contre un rejet.

L’équipe dirigée par le professeur David Klatzmann du laboratoire « Immunologie – Immunopathologies – Immunothérapies » (UPMC / CNRS / Inserm) a en effet découvert que dans les premiers temps du développement d’un cancer, les lymphocytes T régulateurs, qui reconnaissent les cellules propres d’un individu et qui les protègent d’une attaque des lymphocytes T effecteurs du système immunitaire, ne faisaient pas la différence entre cellules cancéreuses et cellules saines.

Par contre, les tests sur des souris ont aussi montré que si ce système d’immunosurveillance du cancer par les lymphocytes T régulateurs était inactivé, les lymphocytes T effecteurs détruisaient effectivement rapidement les premières cellules cancéreuses. Ce résultat est évidemment d’une grande importance car il pourrait un jour nous permettre de mieux lutter contre le cancer et peut-être même de disposer d’un vaccin antitumoral.

Source : Futura Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *