Une pilule du surlendemain bientôt en pharmacie

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/une-pilule-du-surlendemain-bientot-en-pharmacie_s.jpgEllaOne, un nouveau contraceptif d’urgence, est conçu pour être efficace à 95 % dans les cinq jours suivant un rapport sexuel « à risque », soit la durée de vie des spermatozoïdes.

Une nouvelle « pilule du lendemain », à prendre dans les cinq jours suivant le dernier rapport sexuel – contre trois jours pour les pilules actuellement sur le marché -, devrait bientôt faire son apparition dans les pharmacies françaises. Baptisée EllaOne, elle a été mise au point par HRA Pharma, le laboratoire à l’origine de la commercialisation en 1999 de la pilule du lendemain Norlevo.

« L’EllaOne, composée d’un modulateur spécifique des récepteurs à la progestérone (SPRM) qui bloque l’ovulation, modifie la muqueuse utérine et empêche le début d’une grossesse non désirée, a déjà obtenu l’Autorisation de mise sur le marché (AMM) par la Commission européenne en mai dernier. On attend maintenant l’autorisation de l’Agence européenne du médicament (EMEA) qui devrait rendre sa décision le 24 septembre prochain », annonce Luc Massart, directeur des opérations du laboratoire.

De meilleurs résultats que Norlevo

Présentée en exclusivité mondiale au 8e Congrès européen de la société de gynécologie qui se tiendra à Rome du 10 au 13 septembre 2009, EllaOne bénéficie d’une meilleure efficacité que Norlevo, pilule du lendemain qui voit ses chances de résultats diminuer une fois les premières heures 24 heures écoulées (l’efficacité n’est plus que de 60 % après 48 à 72 heures, ndlr). « Les essais ont montré que la pilule EllaOne a de meilleurs résultats pour empêcher l’ovulation », assure le Dr Élisabeth Aubeny, gynécologue et présidente de l’Association française pour la contraception.

Un prix nettement plus élevé

L’accès à cette nouvelle pilule sera néanmoins plus restrictif. « Contrairement à Norlevo qui est en vente libre, EllaOne sera accessible uniquement sur prescription médicale, aura un coût bien plus élevé que les 7,50 euros de l’actuelle pilule (autour de 50 euros, ndlr) et ne sera pas remboursée, tempère-t-elle. « C’est un vrai retour en arrière par rapport au Norlevo qui était en vente libre dès sa mise sur le marché », souligne Rue89 qui a, le premier, relayé l’information. « Une procédure pour le remboursement par la Sécurité sociale est en cours et devrait aboutir », indique néanmoins Le Parisien . Chaque année, environ un million de boîtes de contraception d’urgence sont vendues en France.



Source : Le Point

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *