Les bébés affamés flairent le lait de leur mère

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/les-bebes-affames-flairent-le-lait-de-leur-mere_s.jpgDes chercheurs français ont découvert que la substance produite par les glandes situées sur l’aréole des seins des mères favorisait l’allaitement. Les bébés détecteraient son odeur qui augmenterait leur appétit et les inciterait à téter.



Il est bien difficile de résister au doux fumet de la nourriture, et ce dès le plus jeune âge. C’est du moins ce que viennent de démontrer des chercheurs du Centre national de recherche scientifique de Dijon. Ceux-ci ont découvert que le liquide produit par les glandes des aréoles des mères émettait une odeur qui stimulait l’appétit des nourrissons et les guidaient vers le sein.

Pour arriver à une telle conclusion, les scientifiques ont compté le nombre de glandes localisées sur les aréoles des seins de 121 femmes trois jours après qu’elles aient accouché. En effet, il avait déjà été démontré que le nombre de ces structures appelées glande aréolaire augmentait durant la grossesse et que celles-ci laissaient de temps en temps fuir de petites quantités de liquide. Mais jusqu’ici, on pensait que la substance servait à lubrifier la peau pour l’allaitement. Pour en savoir plus, Benoist Schaal et son équipe ont donc suivi les mères et leurs bébés en observant comment ceux-ci tétaient et comment leur poids évoluait au cours du temps. Ils ont également noté le moment où les mères commençaient réellement à produire du lait maternel plutôt que du colostrum, le « superlait » jaune fabriqué tout de suite après la naissance. Continuer la lecture de « Les bébés affamés flairent le lait de leur mère »

L’allaitement aurait des vertus analgésiques ?

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/ff9b8204dc8dabfe868c109a558bdefdth.jpgDes chercheurs de l’hôpital de recherche et de formation d’Ankara ont constaté que l’allaitement pendant la vaccination diminuait les pleurs et la douleur de l’enfant.

Un moyen très simple semble éviter à l’enfant la souffrance émanant de la piqûre vaccinale : l’allaitement. Les chercheurs ont évalué les pleurs et la douleur ressentie par deux groupes d’enfants de moins de six mois, le premier étant allaité lors de la vaccination, l’autre non.

L’allaitement aurait donc des vertus analgésiques puisque les enfants du premier groupe souffraient et pleuraient moins que les enfants du second. Au-delà de six mois, les chercheurs ont étudié les effets du saccharose en comparaison de ceux d’une crème anesthésiante à base de lidocaïne et de prilocaïne. Aucune différence n’a été constatée.

La douleur de la vaccination infantile peut donc s’éviter avec des moyens simples et peu coûteux.



Source : Maxisciences