Une nouvelle thérapie génique testée avec succès contre Parkinson

L’injection de trois gènes dans le cerveau permet de relancer la production de dopamine et d’améliorer la motricité de personnes atteintes de la maladie de Parkinson, selon des chercheurs français. En injectant trois gènes dans le cerveau, des chercheurs français et britanniques ont réussi à améliorer les symptômes de la maladie de Parkinson chez des singes macaques. Cette technique a aussi été testée sur quelques patients atteints d’une forme avancée de la maladie neurodégénérative, avec des résultats encourageants, selon le Pr Stéphane Palfi, neurochirurgien à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil et chercheur au MIRCen de Fontenay-aux-Roses (Molecular Imaging Research Center, CEA/CNRS)....

24/10/2009 · 3 min · Caroline

Des cellules souches artificielles aussi vrai que nature

Des chercheurs américains sont parvenus à créer des cellules souches pluripotentes, ressemblant aux cellules embryonnaires, en reprogrammant des cellules ordinaires de la peau sans utiliser de virus et ce pour la première fois, selon des travaux publiés jeudi. Cette avancée permet d’éliminer un problème clé de sûreté quant à l’utilisation potentielle à des fins thérapeutiques de ces cellules, quasi-similaires aux cellules souches embryonnaires. Elles peuvent potentiellement devenir 220 types de cellules du corps, cardiaques, pulmonaires ou nerveuses, et présentent la possibilité d’avoir le même potentiel thérapeutique que les cellules souches embryonnaires sans la controverse éthique et religieuse puisque pouvant être créées sans détruire un embryon humain....

30/4/2009 · 2 min · Caroline

Un stimulateur de la moelle épinière offre un nouvel espoir contre Parkinson

Un simple petit stimulateur électrique de la moelle épinière apporte un nouvel espoir pour traiter les symptômes de la maladie de Parkinson, selon des recherches prometteuses effectuées sur des souris aux Etats-Unis. Ce stimulateur a été attaché sur le haut de la colonne vertébrale de souris et de rats dont les chercheurs avaient réduit de façon importante la teneur de leur organisme en dopamine pour reproduire les caractéristiques biologiques de personnes souffrant de Parkinson à différents stades de cette neuro-dégénérescence progressive incurable....

19/3/2009 · 3 min · Caroline

Parkinson: des cellules tueuses de neurones impliquées dans la maladie

Des cellules du système immunitaire normalement chargées de la lutte contre les agressions microbiennes, sont impliquées dans la maladie de Parkinson, car en s’infiltrant dans le cerveau, elles se transforment en “tueuses de neurones”, selon des chercheurs français. Ces travaux constituent une piste de recherche pour développer de nouvelles stratégies thérapeutiques aux effets secondaires limités, estiment les chercheurs. “De manière surprenante, nous avons observé récemment qu’une population particulière de globules blancs circulant dans le sang, les lymphocytes T, était présente en grand nombre dans le cerveau, à l’autopsie, des patients atteints de la maladie de Parkinson....

20/1/2009 · 2 min · Caroline

Découverte d'un gène fondamental régulant le vieillissement du cerveau

L’Hôpital Maisonneuve-Rosemont rapporte que l’un de ses chercheurs a effectué un pas de géant contre la dégradation du cerveau en identifiant le gène qui contrôle le vieillissement normal et pathologique des neurones du système nerveux central. Le Dr Gilbert Bernier et son équipe ont identifié une mutation chez la souris qui récapitule de façon accélérée le vieillissement du système nerveux central, notamment. Les résultats démontrent que le gène Bmi1 est un régulateur direct du vieillissement cellulaire....

16/1/2009 · 1 min · Caroline

Parkinson : une stimulation risquée

La stimulation électrique du cerveau a considérablement amélioré les conditions de vie de personnes atteintes du parkinson, affirment des chercheurs américains. Une équipe de l’Université Northwest a implanté des électrodes en profondeur dans le cerveau de patients souffrant de parkinson à un stade avancé. Elle a constaté, après six mois, que ces patients présentaient une amélioration de la coordination de leurs mouvements et de leur qualité de vie, comparativement à d’autres ayant bénéficié d’autres traitements....

9/1/2009 · 2 min · Caroline