Tension artérielle : attaquer tôt, et en douceur

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/7a62d27f944af7569f894d6af8ea7848th.jpgPremière cause d’accident vasculaire cérébral (AVC) en France, l’hypertension artérielle (HTA) s’installe parfois très tôt : à l’adolescence exceptionnellement, mais elle touche déjà 8% des plus de 40 ans. Mais ce n’est pas une fatalité. Une étude australienne en effet, a montré que sans traitement contraignant, sans médicaments, la simple prise de Coenzyme Q10 (CoQ10) en suppléments alimentaires permettait de faire baisser significativement la tension artérielle.

La tension, vous le savez, se définit comme la pression exercée par le sang sur la paroi des artères. Rien à voir avec la tension nerveuse due au stress ! Elle est exprimée en millimètres de mercure par deux nombres. Le plus élevé correspond à la pression systolique, provoquée par la contraction du cœur. L’autre reflète la pression diastolique, en phase de repos. Par exemple, une tension de 14/9 signifie que la pression systolique est de 140 mmHg et la diastolique de 90mmHg. Retenez ces chiffres : lorsqu’ils sont dépassés, il est indispensable de se faire prendre en charge. Ce qui ne va pas sans contraintes : régime, médicaments à prendre en permanence…

Tant et si bien qu’un hypertendu sur deux abandonne son traitement au bout de seulement un an ! D’abord sans doute, parce que les effets secondaires des antihypertenseurs sont nombreux : bouche sèche, constipation, dépression, troubles de la libido…Et par-dessus le marché, l’HTA est une maladie… sans symptômes. On ne se sent pas malade, on n’a mal nulle part… et du coup, on ne perçoit pas les risques encourus. Les 120 000 AVC qui se produisent chaque année en France montrent pourtant, qu’ils sont bien réels ! Continuer la lecture de « Tension artérielle : attaquer tôt, et en douceur »

Dormir une heure de plus par nuit réduirait le risque cardiovasculaire

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/4521ff49d01b7068e0a70d056a71098cth.jpgDormir une heure de plus par nuit réduirait le risque de calcification des artères (artériosclérose), un des premiers symptômes des maladies cardiovasculaires, selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).

Environ 12% des 495 participants à cette étude, des volontaires en bonne santé âgés d’une quarantaine d’années, ont commencé à être victimes d’une calcification de leurs artères, entrainant notamment une réduction de leur élasticité, au cours d’une période de suivi de cinq ans.

Des artères calcifiées ont été découvertes chez 27% des participants dormant moins de cinq heures par nuit. Ce taux est tombé à 11% chez ceux ayant des nuits de sommeil de cinq à sept heures. Pour les participants dormant plus de sept heures, seulement 6% ont subi une calcification de leurs artères, selon les résultats publiés mardi. Continuer la lecture de « Dormir une heure de plus par nuit réduirait le risque cardiovasculaire »

Du poulet contre l’hypertension

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/cf20e26f5002af8e563fce17868f20d2.jpgLe poulet pourrait aider les scientifiques dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires ! Ou du moins, le collagène contenu dans ses tissus. Celui-ci permettrait de réduire la pression artérielle. C’est ce que suggère une étude japonaise publiée dans le Journal of Agricultural et Food Chemistry.

L’équipe de chercheurs de l’Université d’Hiroshima menée par Ai Saiko a obtenu in vitro une enzyme, l’ACE, en hydrolysant le collagène extrait de cuisses de poulet. Les chercheurs ont ensuite testé cette enzyme sur des rats souffrant d’hypertension chronique. Ils se sont alors rendu compte que l’ACE inhibe la transformation de l’angiotensine en une molécule aux effets vasoconstricteurs. Ainsi, l’ACE permettrait de diminuer la pression artérielle. Continuer la lecture de « Du poulet contre l’hypertension »

Notre cœur a besoin de vitamine D

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/108f7859a4f9fe0c73b40f346d64ffa4th.jpgLa carence en vitamine D augmenterait le risque de maladie cardiovasculaire.

Le taux sanguin idéal de vitamine D devrait se situer entre 30 et 50 nanogrammes par millilitre (ng/ml). Or des données récentes, fournies par la Framingham Heart Study, montre qu’un taux inférieur à 15 ng/ml ferait doubler le risque d’accidents cardiovasculaires.

Le Pr James O’Keefe, cardiologue à l’Institut du Cœur de Kansas City. « La carence en vitamine D doit être considérée comme un facteur de risque cardiovasculaire à part entière », précise-t-il. Continuer la lecture de « Notre cœur a besoin de vitamine D »