Un anticorps donne un nouvel espoir de traitement du cancer des ovaires

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/un-anticorps-donne-un-nouvel-espoir-de-traitement-du-cancer-des-ovaires_s.jpgUne équipe de recherche de la Faculté de médecine de Vienne a mis en évidence les effets d’un anticorps, connu sous le nom de AD5-10, dans la lutte contre le cancer des ovaires, offrant de nouvelles perspectives de traitement, selon une étude rendue publique lundi.

Cette protéine AD5-10 diminue la résistance des cellules cancéreuses face au mécanisme de protection du corps humain. « Nous avons été capables de montrer, à la fois sur des cellules de culture et sur des animaux, que des tumeurs du cancer des ovaires résistantes au TRAIL (la protéine qui active le suicide, l’apoptose, des cellules indésirables, ndlr) redevenaient sensibles, si TRAIL et AD5-10 étaient présents en même temps », a expliqué le responsable de l’étude, le Pr Michael Krainer, cité dans un communiqué.

L’AD5-10 s’ancre sur la cellule cancéreuse à un autre endroit que le TRAIL, ce qui pourrait expliquer son effet selon les chercheurs. Continuer la lecture de « Un anticorps donne un nouvel espoir de traitement du cancer des ovaires »

Première naissance en France grâce à une «autogreffe»

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/premiere-naissance-en-france-grace-a-une-autogreffe_s.jpgLa mère, âgée de 23 ans, était devenue stérile après une chimiothérapie. Elle a pu se faire greffer un ovaire, prélevé sur elle trois ans auparavant. Une véritable prouesse médicale qui ouvre de nouvelles perspectives.

Une naissance qui «offre espoir aux patientes de préserver leur fertilité et d’avoir des enfants», estime le professeur Christophe Roux. Ysaline, 3,7 kg à la naissance, est en effet le fruit d’une véritable prouesse médicale des CHU de Besançon et de Limoges, qui ont pratiqué une autogreffe de tissu ovarien sur une femme devenue stérile après une chimiothérapie intensive. Une première médicale en France, et une septième naissance de ce genre à travers le monde, la Belgique ayant ouvert la voie à cette pratique en 2004.

Rachel Barbier revient pourtant de loin. Atteinte d’une maladie du sang -une forme de drépanocytose- depuis l’enfance, elle doit subir en 2005 une chimiothérapie intensive en vue d’une greffe de moelle osseuse. Un traitement lourd qui rend de nombreuses femmes stériles. «Quant j’ai su cela, j’ai d’abord refusé la chimiothérapie et puis on m’a dit qu’il existait cette technique nouvelle», explique la jeune mère dans le quotidien Le Parisien . Continuer la lecture de « Première naissance en France grâce à une «autogreffe» »