Faites l’amour…

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/faites-l-amour_s.jpgCent fois sur le métier… Certains hommes pourraient accueillir gaiement les nouvelles conclusions d’une étude australienne, qui indiquent que la fréquence des rapports sexuels a une incidence sur la qualité du sperme.

L’étude, rendue publique au congrès de la Société européenne de reproduction humaine et d’embryologie, a été menée auprès de 118 Australiens dont le sperme était altéré.

Le Dr David Greening, de la clinique privée de Sydney IVF, et ses collègues ont constaté qu’un rapport sexuel quotidien, pendant une semaine, réduisait le nombre de lésions dans l’ADN du sperme des patients.

Après sept jours, les médecins ont observé chez 81 % des sujets une baisse de 12 % de la quantité de sperme endommagé. Les experts en déduisent que le sperme a moins de chance de s’endommager s’il est évacué rapidement de l’organisme.

Le Dr Greening et ses collègues poursuivent l’analyse des résultats pour déterminer combien de compagnes de participants sont tombées enceintes. Entre-temps, il recommande à ses patients de faire l’amour plus souvent. La consigne sourirait aux hommes jeunes, mais pas aux plus âgés.

Le professeur Bill Ledger de l’Université de Sheffield, en Grande-Bretagne, est encore moins enthousiaste que ses collègues australiens. « Cela améliorera peut-être les taux de grossesse, mais nous devons encore faire des études supplémentaires. »

Il fait aussi valoir que recommander aux couples d’augmenter leurs rapports sexuels peut ajouter à leur stress de vouloir un enfant, et donc leur nuire.



Source : Radio Canada

Prévention: la circoncision ne serait pas efficace pour les homosexuels

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/b993c07fb42f22fc31d525d3f7a51595.jpgLa circoncision ne réduit pas de façon significative le risque d’être infecté par le virus du sida chez les hommes homosexuels, selon une étude publiée aujourd’hui dans le Journal of the American Medical Association. L’équipe de Gregorio Millett (CDC, Atlanta, USA) a compilé les résultats de quinze études, impliquant plus de 53.000 participants homosexuels, dont 52% de circoncis, sur la relation entre circoncision et risque d’infection par le VIH.

Le risque de devenir séropositif est légèrement plus faible dans le groupe des hommes circoncis mais la différence n’est pas significative, selon les chercheurs. Ils ne relèvent pas non plus de différence notable entre les hommes qui pénètrent leur partenaire et ceux qui sont pénétrés.

Avant 1996, soit avant l’arrivée des thérapies antirétrovirales, l’écart de risque entre circoncis et non-circoncis est plus marqué, à l’avantage de ces derniers. Selon Millett, cela pourrait s’expliquer par le ‘’relâchement’’ observé chez les homosexuels, notamment aux Etats-Unis, depuis quelques années. Le recul de la prévention, la multiplication des rapports non protégés, s’accompagnent aussi de la remontée d’autres maladies sexuellement transmissibles, comme la syphilis. Continuer la lecture de « Prévention: la circoncision ne serait pas efficace pour les homosexuels »

Un verre d’alcool par jour améliorerait les capacités érectiles à long terme

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/a5064b981c01235e11449950474ce1fd.jpgUne étude menée par des chercheurs de l’université de West Australia montre qu’un verre d’alcool par jour peut éviter des troubles de l’érection.

Cette nouvelle étude suggère qu’une consommation modérée d’alcool protège des futurs troubles érectiles à long terme. 1 700 hommes de l’Australie de l’Ouest ont répondu anonymement à un questionnaire postal.

En tenant compte des facteurs connus de risques comme l’âge, le tabagisme, ou le fait d’avoir une maladie cardiaque, l’équipe de l’épidémiologiste Kew-Kim Chew a découvert que les hommes consommant modérément de l’alcool ont 25 à 30 % de troubles érectiles en moins que ceux qui n’en boivent jamais. Continuer la lecture de « Un verre d’alcool par jour améliorerait les capacités érectiles à long terme »

La pilule est-elle l’amie de la sexualité ?

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/3973a24a71537dbde0a62ab742b59884.jpgLe rythme de vie, le partenaire, l’univers des fantasmes… Tous ces facteurs –et bien d’autres sans doute- influencent la libido. Ils sont nombreux, et surtout ils varient d’une femme à l’autre. Et la contraception, dans tout ça ?

Des chercheurs polonais se sont intéressés à l’impact qu’une contraception bien particulière, associant 30mg d’estrogène et 3mg d’un progestatif proche de la progestérone humaine naturelle – la drospirénone – pouvait avoir sur la sexualité et la qualité de vie. Et ils ont été surpris de constater que le choix d’une contraception adaptée avait une influence réelle sur le niveau de satisfaction des utilisatrices.

Le Dr Skrzypulec et ses collègues de Katowice, ont interrogé par questionnaire 126 femmes âgées en moyenne de 31 ans. La moitié étaient protégées depuis au moins 9 mois par cette pilule combinée. Les autres, qui ont constitué le groupe-contrôle, avaient opté – depuis plusieurs mois également – pour d’autres contraceptifs oraux contenant des progestatifs plus classiques et comportant également 30 mg d’œstrogène. Continuer la lecture de « La pilule est-elle l’amie de la sexualité ? »