Ténofovir, un gel microbicide efficace contre le VIH et le virus herpès

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/tenofovir-un-gel-microbicide-efficace-contre-le-vih-et-le-virus-herpes_s.jpgSi la plupart des infections sexuellement transmissibles (IST) sont souvient liées les unes aux autres, ce rapport est d’autant plus étroit entre l’infection par le VIH et celle par le virus herpès (HSV). Cette dernière facilite non seulement la contamination par le VIH, mais elle favorise aussi sa propagation dans l’organisme. D’après les travaux menés par des chercheurs belges, italiens, et américains, publiés dans la revue Cell Host & Microbe, le microbicide ténofovir utilisé sous forme de gel vaginal permettrait de réduire les risques d’infection par le VIH, mais aussi de contracter un herpès génital.

Graciela Andrei et ses collègues ont testé pour la première fois, sous forme de gel vaginal, le microbicide Ténofovir, un analogue nucléosidique de la transcriptase inverse, sur 900 femmes vivant en Afrique du Sud. Les chercheurs ont très vite constaté que ce dernier, à l’instar de leur hypothèse, réduisait considérablement les risques d’infection par le VIH, mais contre toute attente, qu’il permettait aussi de diminuer les risques de contracter un herpès génital. Continuer la lecture de « Ténofovir, un gel microbicide efficace contre le VIH et le virus herpès »

Epidémie en Allemagne : quelles sont les conséquences d’une infection à E.Coli

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/epidemie-en-allemagne-quelles-sont-les-consequences-d-une-infection-a-e-coli_s.jpgDans la plupart des cas l’infection à Escherichia coli provoque une diarrhée sévère. Mais en Allemagne, la bactérie est également responsable d’une affection sévère : le syndrome hémolytique-urémique, pouvant être mortelle.

Une bactérie répandue



Escherichia coli (E. coli) est une bactérie habituellement présente dans le tube digestif de l’homme et des ruminants. La plupart des souches de E. coli sont sans danger. Certaines souches, cependant, comme les souches entérohémorragiques (ECEH), peuvent être à l’origine de toxi-infections alimentaires (TIA) graves.

Les infections à E.coli sont fréquentes, se produisent généralement suite à la consommation d’aliments crus contaminés comme la viande hachée mal cuite (on parlait même de maladie du hamburger aux Etats-Unis), fromages au lait cru ou légumes souillés ou d’eau non potabilisée (puits, rivières).

Qu’est-ce qui rend la bactérie dangereuse ?



Les souches ECEH fabriquent des toxines, connues sous le nom de verotoxines ou de toxines de type Shiga en raison de leur ressemblance avec les toxines élaborées par Shigella dysenteriae. A l’intérieur de ce groupe de bactéries ECEH, les biologistes créent des sous-groupes d’après les réactions immunitaires que provoquent ces microbes (leurs antigènes déclenchant la production d’anticorps spécifiques par l’organisme humain). On parle alors de sérotype. O157 :H7 est le sérotype le plus fréquemment rencontré dans les flambées épidémiques liées à l’alimentation.

La souche isolée dans le nord de l’Allemagne appartient au sérotype O104. Elle n’a jamais été impliquée dans une épidémie. Elle est également à l’origine d’une épidémie de grande envergure avec plus de 200 personnes contaminées, toutes originaires ou ayant séjourné en Allemagne.

Quels sont les symptômes classiques ? Continuer la lecture de « Epidémie en Allemagne : quelles sont les conséquences d’une infection à E.Coli »

Paludisme : un nouveau vaccin prometteur

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/paludisme-un-nouveau-vaccin-prometteur_s.jpgAlors que le paludisme cause plus de 2 millions de décès par an, un vaccin expérimental est en train de faire ses preuves grâce à une plante : l’Artémisia.

La revue américaine Public Library of Science a décrit la semaine dernière ce qui pourrait être le nouveau remède face au paludisme. Aussi appelée malaria, cette maladie est transmise par les piqures de moustiques. Ce vaccin, qui n’en est encore qu’au stade expérimental, pourrait voir sa demande d’homologation validée : « testé sur des centaines d’enfants en Afrique de l’Ouest, ce vaccin s’est révélé efficace » pouvait-on lire dans la revue scientifique.

De plus, en Grande-Bretagne, des chercheurs ont trouvé la carte génétique de l’Artémisia, une plante aux vertus antipaludéennes. Cette avancée pourrait permettre d’en produire davantage, afin de généraliser son usage.

La dernière période d’essai a eu lieu en Tanzanie, courant 2009. Les résultats ont été plus que probants : le vaccin s’est révélé capable de diminuer de 65% le nombre d’infections par paludisme. Depuis, aucune interaction n’a été constatée. Il est très possible que ce vaccin soit prochainement approuvé par les autorités sanitaires.

Source : Maxisciences

Manger des fruits pour lutter contre les infections

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/f75795e9153d594ca746ff89a282b1a7th.jpgLe magazine Health and Food met en avant les multiples bénéfices des fruits pour la santé et leurs moyens d’aider le corps à lutter contre les infections.

Recoupant plusieurs études, l’article étend les bienfaits des fruits déjà admis. Les vitamines contenues dans les fruits aident le système immunitaire à lutter contre les infections et préviennent certaines maladies chroniques. Pour certaines affections, une alimentation riche et équilibrée va aider le malade à aller mieux, mais dans le cas de maladies infectieuses, comme le tétanos, l’alimentation joue un rôle majeur dans la guérison.Les vitamines et oligo-éléments sont à ce point nécessaires qu’ils peuvent affecter le système immunitaire et rendre le corps imperméable aux infections. Continuer la lecture de « Manger des fruits pour lutter contre les infections »