Un stimulateur de la moelle épinière offre un nouvel espoir contre Parkinson

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/5713d6c22bf61bef4634a5ae3a2dc916th.jpgUn simple petit stimulateur électrique de la moelle épinière apporte un nouvel espoir pour traiter les symptômes de la maladie de Parkinson, selon des recherches prometteuses effectuées sur des souris aux Etats-Unis.



Ce stimulateur a été attaché sur le haut de la colonne vertébrale de souris et de rats dont les chercheurs avaient réduit de façon importante la teneur de leur organisme en dopamine pour reproduire les caractéristiques biologiques de personnes souffrant de Parkinson à différents stades de cette neuro-dégénérescence progressive incurable.

La dopamine est une petite molécule assurant la communication entre les neurones, les cellules nerveuses dans le cerveau.

Quand le stimulateur était mis en route, les animaux sans dopamine dont les mouvements étaient lents et raides, ont commencé à se mouvoir tout à fait normalement.

Cette amélioration a été généralement observée 3,35 secondes après le début de la stimulation.

« Nous avons observé presque immédiatement un changement spectaculaire dans la capacité des animaux à se mouvoir quand l’appareil stimulait électriquement leur moelle épinière », explique le Dr Miguel Nicolelis, un neurologue de la faculté de médecine de l’Université Duke en Caroline du Nord (sud-est), l’un des auteurs de cette étude publiée dans la revue Science datée du 20 mars.

« En outre, ce stimulateur est simple à utiliser et beaucoup moins invasif que les approches actuelles comme des médicaments ou des stimulations électriques en profondeur du cerveau », ajoute ce chercheur.

« Enfin ce stimulateur pourrait être utilisé très largement avec les médicaments les plus communément prescrits pour traiter Parkinson », relève le Dr Nicolelis.

Quand le stimulateur de la moelle épinière était utilisé sur ces rongeurs sans médicaments ils étaient 26 fois plus actifs que les autres souris et rats non-stimulés.

Des animaux dont la moelle épinière était stimulée électriquement recevant également deux doses du médicament anti-parkinsonien L-DOPA avaient des mouvements comparables à cinq doses de ce traitement chez d’autres animaux sans stimulation électrique.

La L-DOPA qui permet une augmentation de la quantité de dopamine dans le cerveau, est l’un des médicaments les plus utilisés pour réduire les symptômes de Parkinson.

« Cette recherche répond à un besoin important car la L-DOPA finit par perdre ses effets avec l’aggravation des symptômes de Parkinson », souligne Romulo Fuentes, de l’Université Duke et le principal auteur de cette étude.

En outre, la stimulation électrique en profondeur du cerveau ne s’applique qu’à un nombre limité de patients, relève ce chercheur.

Chez une personne en bonne santé, les neurones s’allument selon différentes fréquences réagissant aux informations transmises par le cerveau pour initier des mouvements normaux du corps, un processus compromis chez quelqu’un atteint de Parkinson.

« Ce stimulateur de la moelle épinière agit comme une interface entre le cerveau et le système neuronal pour faciliter la transmission des impulsions nerveuses », note Per Petersson, un des auteurs de l’étude.

« Si nous pouvons montrer que ce stimulateur est sans risque et efficace chez des primates puis chez des humains, quasiment tous les patients atteints de Parkinson pourront bientôt l’utiliser », selon le Dr Nicolelis.

Plus de 50.000 Américains sont atteints de Parkinson et 50.000 nouveaux cas sont diagnostiqués annuellement.



Source : TV5.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *