Un médicament à avaler efficace contre les poux

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/un-medicament-a-avaler-efficace-contre-les-poux_s.jpgCombattre les poux avec de simples comprimés à avaler, c’est possible, selon une étude qui montre qu’un médicament, l’ivermectine, est plus efficace que des lotions classiques.

Face à l’émergence de la résistance de ces parasites aux traitements classiques, ce médicament représente une réelle alternative thérapeutique efficace dans 95% des cas, selon l’étude publiée jeudi dans une revue américaine, le New England Journal of Medicine.

« L’ivermectine est plus efficace que la meilleure lotion anti-poux, mais il faut la réserver aux cas difficiles à traiter qui résistent aux lotions », résume auprès de l’AFP le Dr Olivier Chosidow, qui a coordonné l’étude. Il s’agit en effet de ne pas favoriser l’apparition de résistance à ce nouveau médicament anti-poux, dit-il. Continuer la lecture de « Un médicament à avaler efficace contre les poux »

Un médicament contre les attaques cérébrales serait efficace contre le cancer du sein

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/un-medicament-contre-les-attaques-cerebrales-serait-efficace-contre-le-cancer-du-sein_s.jpgL’équipe du Dr Cohen Armon de l’université de Tel-Aviv a découvert la capacité d’une molécule, contenue dans un médicament contre les attaques cérébrales, à empêcher la prolifération des cellules cancéreuses du sein.

La polyADP-ribose polymerase (PARP), destinée à préserver les cellules du cerveau, a été injectée à des souris atteintes d’un cancer du sein. La molécule a été capable de stopper la prolifération des cellules cancéreuses, sans affecter la prolifération normale des cellules saines.

Le Pr Izraeli, de l’équipe de recherche, ajoute : « Des expériences en laboratoire avaient déjà montré que ce type de médicament agit sur des cancers du sein de type héréditaire, mais nous avons constaté qu’ils étaient tout aussi efficaces sur d’autres formes de cancers du sein, ce qui ouvre de nouvelles perspectives dans le traitement général du cancer ». Continuer la lecture de « Un médicament contre les attaques cérébrales serait efficace contre le cancer du sein »

Un viagra au féminin

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/un-viagra-au-feminin-1_s.jpgUn antidépresseur pourrait bientôt être commercialisé contre le manque de désir sexuel chez la femme.

Des travaux dirigés par la Dre Elaine E. Jolly de l’Université d’Ottawa montrent en effet qu’un médicament initialement testé pour traiter la dépression augmente la libido des femmes.

La molécule flibansérine développée par la compagnie pharmaceutique allemande Boehringer Ingelheim a été testée sur 2000 Canadiennes, Américaines et Européennes dans le cadre de trois études cliniques sur ses effets contre la perte de désir sexuel chez la femme. Continuer la lecture de « Un viagra au féminin »

Un médicament antirejet augmente l’espérance de vie

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/un-medicament-antirejet-augmente-l-esperance-de-vie_s.jpgTraditionnellement utilisé pour éviter les rejets en cas de greffe d’organe, la rapamycine pourrait augmenter la durée de vie de 14 %… chez la souris. Cette étude ultra préliminaire a été publiée dans la prestigieuse revue scientifique Nature.

Chez les mouches et les vers, certains médicaments peuvent allonger la durée de vie mais chez les mammifères, seule une diète restrictive permet de gagner quelques années. Les chercheurs de trois différentes institutions américaines ont conduit en parallèle une expérience originale sur plus de 2 000 souris. Un retard d’approvisionnement en nourriture a obligé les chercheurs à utiliser des souris plus âgées que prévu, ce qui, au final, a donné lieu à des résultats encore plus étonnants. Ils ont donné à manger des compléments de rapamycine à des souris âgées de 20 mois (équivalent à 60 ans pour les humains) et les ont comparé à des souris nourries normalement. Continuer la lecture de « Un médicament antirejet augmente l’espérance de vie »

Qu’est-ce que le médicament anesthésique Propofol (Diprivan)?

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/qu-est-ce-que-le-medicament-anesthesique-propofol-diprivan_s.jpgLe Propofol ou Diprivan est un médicament anesthésique intraveineux de type hypnotique (induisant le sommeil) d’action rapide utilisé, en combinaison avec d’autres médicaments, pour débuter et maintenir une anesthésie générale lors de chirurgies. Il s’agit d’un médicament très contrôlé qui n’est accessible qu’aux médecins spécialistes.

Les personnes anesthésiées avec ce médicament sont sous très étroite surveillance et contrôle d’un médecin spécialiste dans un environnement équipé de divers appareils d’intervention médicale car l’anesthésie générale modifie des fonctions automatiques de l’organisme telles que la respiration, le rythme cardiaque, la pression sanguine. Il est considéré comme un anesthésique de choix pour les chirurgies ambulatoires parce qu’il s’élimine relativement rapidement. Continuer la lecture de « Qu’est-ce que le médicament anesthésique Propofol (Diprivan)? »

Découverte en matière de diabète

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/decouverte-en-matiere-de-diabete_s.jpgDes chercheurs ont découvert que des médicaments à base de fénofibrate, utilisés pour diminuer le cholestérol, faisaient chuter de 36 % l’incidence d’amputation chez les personnes souffrant de diabète de type 2.

Ce phénomène, qui touche près d’un diabétique sur 10, est causé par la maladie qui peut parfois endommager les nerfs et vaisseaux sanguins.

Menée auprès d’environ 10 000 patients âgés de 50 à 75 ans, cette étude démontre que contrairement au placebo, le médicament réduit le risque d’amputation et également celui de maladies coronariennes.

Les auteurs, dont la recherche est publiée dans la revue scientifique The Lancet, affirment que leur découverte pourrait modifier les traitements offerts aux patients.

Source : Canoë Santé

Insomnie: la psychothérapie plus efficace que les somnifères

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/insomnie-la-psychotherapie-plus-efficace-que-les-somniferes_s.gifSi vous souffrez d’insomnie chronique, il se pourrait que vous ayez avantage à troquer les somnifères contre une psychothérapie de type cognitivo-comportementale.

C’est ce qu’indiquent les résultats d’une étude menée par des chercheurs de l’Université Laval, publiées dan le Journal of the American Medical Association (JAMA)1.

Ayant mis au point une psychothérapie de type cognitivo-comportementale efficace pour traiter les insomniaques, le psychologue Charles Morin et son équipe voulaient savoir si l’emploi d’un somnifère pourrait contribuer à améliorer le traitement.

Ils ont ainsi recruté 160 personnes souffrant toutes d’insomnie chronique depuis 10 ans, en moyenne. Par définition, une personne souffre de ce trouble lorsqu’elle met plus de 30 minutes avant de s’endormir ou qu’elle passe plus de 30 minutes éveillée au milieu de la nuit, au moins trois fois par semaine.

Avec ou sans somnifère? Continuer la lecture de « Insomnie: la psychothérapie plus efficace que les somnifères »

Antibiotiques : la lutte contre les bactéries « super-résistantes » ne fait que commencer

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/8ef4d263b5739ee2920b2cbbc84caf73th.jpgUn nouveau projet réunissant des chercheurs de plusieurs pays de l’Union européenne va se concentrer sur le développement de nouveaux antibiotiques capables de lutter contre les bactéries résistantes.

La bactérie Pseudomonas aeruginosa sera la cible principale du projet AEROPATH. Ce bacille pyocyanique est connu pour exploiter les faiblesses de son hôte en ne s’attaquant qu’aux tissus affaiblis. Cette bactérie peut causer des infections au niveau urinaire, respiratoire, gastro-intestinal ou systémique. Elle est capable de croître dans des milieux variés. Si certains antibiotiques sont actifs contre le bacille pyocyanique, ils ne le sont que sur des souches très spécifiques. Le risque est plus élevé pour les patients au système immunitaire affaibli.

Le projet a donc pour objectif de développer de nouveaux antibiotiques capables de tuer la bactérie, mais aussi de tuer d’autres souches bactériennes. L’étude du génome de P. aeruginosa et de deux autres types de bactéries va être réalisée afin de construire des modèles en 3D des protéines essentielles à la survie de la bactérie. A partir de ces modèles, les scientifiques devraient alors pouvoir identifier les composés chimiques liés à ces protéines pour en modifier la structure, éliminant ainsi la bactérie.

P. aeruginosa peut transférer son matériel génétique de résistance aux antibiotiques à d’autres souches de bactéries. Qualifiée de « super-résistante », la bactérie se retrouve fréquemment en milieu hospitalier et est souvent responsable d’infections nosocomiales.

Source : Maxisciences

Pamplemousse et médicaments : attention aux interactions !

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/29a5da0b6da25d96cd55b497a7c97d9a.jpgLe Dr Zandi rappelle, sur Carevox, que la consommation de pamplemousse n’est pas compatible avec certains médicaments.

Les médicaments concernés sont les anti-cholestérolémiants et les oestrogènes, contenus notamment dans certaines pilules contraceptives. Le jus de pamplemousse bloque en effet une enzyme et peut rendre ces médicaments toxiques.

Normalement, l’enzyme CYP3A4 aide à métaboliser les médicaments dans l’organisme. Mais la consommation de pamplemousse, en bloquant son action, accentue les effets de ces derniers, y compris leurs effets indésirables.

Dans le cas des pilules contraceptives, par exemple, le risque de caillot sanguin est encore plus élevé, surtout pour les femmes ayant déjà une prédisposition génétique aux phlébites. L’AFP révélait il y a quelques jours le cas d’une femme qui a failli perdre une jambe à cause des pamplemousses. En novembre 2008, aux États-Unis, une femme de 42 ans sous contraception orale avait vu sa jambe devenir violette à cause d’un caillot sanguin, après avoir éprouvé des difficultés à marcher et à respirer. Elle avait démarré un régime incluant un pamplemousse chaque matin trois jours plus tôt et avait la prédisposition génétique à la formation de ce type de caillot.



Source : Yahoo Santé

Réduire les risques d’AVC

https://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/77175da23d150ab06a2f14ea3aa8a348th.jpgUne étude majeure, qui vient d’être publiée dans le New England Journal of Medecine, révèle que la combinaison de deux médicaments réduit considérablement les risques d’accident vasculaire-cérébral chez certains patients atteints d’arythmie cardiaque et qui ne peuvent prendre d’anticoagulants oraux en raison de saignements.

Ces patients, en majorité des personnes âgées, prennent habituellement du Coumadin et répondent positivement au traitement. Mais ce médicament provoque des saignements chez 50% des personnes souffrant de palpitations, de «fibrillation auriculaire».

Ainsi, les médecins leur prescrivaient de l’aspirine pour diminuer les risques d’AVC et de paralysie.

L’étude effectuée sur une période de trois ans et demi a démontré que la combinaison de l’aspirine et du médicament Plavix diminuait de 28% les risques d’AVC chez ces patients. Continuer la lecture de « Réduire les risques d’AVC »