Cornée artificielle : la première greffe française suscite l’espoir

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/11c70716e6a2b1ead9e5a9d54177f98f.jpgA l’hôpital de La Timone, à Marseille, l’équipe de Louis Hoffart a greffé sur un patient une cornée artificielle, provenant des Etats-Unis. C’est une première en France et une étape importante car la voie alternative, celle du greffon naturel, est rendue difficile par le manque de donneurs.

La cornée est cette membrane solide et transparente, à la forme rebondie, par laquelle entre la lumière. Elle est juste protégée par une couche cellulaire et son rôle pour la vision est primordial. C’est la principale lentille de l’œil, convergente dirait un spécialiste de l’optique. La seconde est formée par le cristallin qui, lui, est souple, permettant de faire varier le point focal et donc d’effectuer la mise au point (un autofocus inventé il y a très longtemps). C’est à cause de la cornée que nous pleurons car cette délicate lentille, qui n’est irriguée par aucun vaisseau dans sa partie centrale, doit rester très humide (elle contient 78% d’eau). Côté intérieur, l’humeur aqueuse s’en occupe mais côté extérieur, ce sont les glandes lacrymales qui l’arrosent copieusement.

De multiples raisons peuvent conduire à l’opacification de la cornée, un traumatisme, une infection (par des virus, des bactéries ou des champignons) ou une malformation d’origine génétique. La vision se brouille et s’assombrit, comme si un voile venait couvrir l’œil.

Les cas légers peuvent être traités au laser, qui vient détruire, comme avec un scalpel, les zones abîmées. Depuis longtemps, on sait aussi greffer une autre cornée (c’est même la greffe de tissu la plus ancienne que l’on ait réalisée chez l’homme). L’opération est techniquement bien au point et les risques de rejet faibles grâce à la très faible vascularisation de la cornée. Mais il faut un donneur…

Une solution pour de nombreux patients

L’Organisation mondiale de la santé estime à dix millions le nombre de personnes atteintes, dans le monde d’une cécité due à l’opacification de la cornée. Mais 100.000 seulement ont pu bénéficier d’une greffe, essentiellement aux Etats-Unis. L’opération n’est cependant pas toujours possible. Certains patients, en effet, présentent un risque de rejet important et, surtout, la demande de greffons est plus forte que l’offre.

La recherche sur la cornée artificielle a donc été menée à bon train, en particulier aux Etats-Unis, où des greffes sont déjà pratiquées depuis plus de quatre ans. En France, c’est désormais chose faite. Au Centre Hospitalier Universitaire de La Timone, à Marseille, au sein du service d’ophtalmologie du professeur Ridings, le docteur Louis Hoffart et son équipe ont utilisé une cornée artificielle fabriquée par l’entreprise américaine Addition Technology.

Baptisée Alphacor, elle est constituée d’un gel fait d’un polymère, le PHEMA (polyhydroxyéthyl méthacrylate). Autour de la partie centrale, transparente, de 4,5 millimètres de diamètre, une partie spongieuse favorise la colonisation par les cellules de l’organisme. Au total, le diamètre est de 7 millimètres.

Le patient était aveugle d’un œil à la suite d’un accident – une projection d’acide sur le visage. Un greffon naturel aurait eu beaucoup de chances d’être rejeté car des vaisseaux avaient commencé à coloniser la cornée brûlée et auraient généré une réaction immunitaire. La cornée artificielle était donc la seule solution.

Cette opération ne restera pas unique puisque le docteur Hoffart a déjà obtenu un crédit pour opérer neuf autres patients au cours de l’année. Ce n’est donc qu’un début…

Source : Futura Sciences

1 pensée sur “Cornée artificielle : la première greffe française suscite l’espoir”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *