La drosophile montre que l’évolution ne peut pas reculer

http://www.sante-decouverte.com/wp-content/uploads/imgsd/f0540369ad29b243a36c5d5ee35327cdth.jpgPlacée dans des conditions environnementales ancestrales, la drosophile ne retrouve pas ses caractéristiques originelles, tel est le résultat d’une expérience menée par des chercheurs portugais et américains.

Après avoir fait évoluer pendant 25 ans des populations de drosophiles dans des environnements différents, Henrique Teotonio et ses collègues ont remplacé les mouches dans leur environnement initial. Après 50 générations, elles s’étaient à nouveau adaptées à leur environnement ancestral mais d’une manière différente de celle de leur aïeux : s’il arrive que les mouches retrouvent un phénotype  semblables à celui de leurs ancêtres : les traits physiques et biochimiques, elles sont génétiquement différentes. Malgré la réadaptation à l’ancien milieu, 50% des variations génétiques survenues au cours des 20 ans d’évolution étaient maintenues. Inversement, il paraît donc impossible de prédire comment évoluera une population lorsque le milieu change.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *